•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une panne de moteur a forcé l'atterrissage dans une rue de Calgary, conclut le BST

L'avion avec la porte ouverte à l'arrière
L'avion a atterri sur une route généralement achalandée de Calgary. Photo: Radio-Canada / Audrey Neveu

Un petit avion a atterri d'urgence dans une rue de Calgary, en avril dernier, en raison d'un manque de carburant, révèle le rapport d'enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

L’appareil de modèle Piper Navajo, de la compagnie Super T Aviation, effectuait, le 25 avril dernier, un vol entre Medicine Hat et Calgary lorsqu’il a dû effectuer un atterrissage d’urgence.

L’avion s’est posé dans la 36e rue Nord-Est un peu avant 6 heures.

Deux pilotes et quatre passagers étaient à bord de l'appareil. Tous étaient sains et saufs après que l'atterrissage. Parmi les passants, personne n'a été blessé près du lieu d’atterrissage.

Avant d’effectuer cette manoeuvre d’urgence, l’avion avait reçu l’autorisation d’atterrir à l’aéroport international de Calgary. Mais l’équipage a alors remarqué qu’il y avait un problème avec la pompe de carburant droite.

Selon le rapport du BST, peu de temps après, les deux moteurs ont arrêté de fournir la puissance nécessaire pour maintenir l’appareil en altitude.

Les pilotes pensant ne plus être en mesure d’atteindre la piste de l’aéroport, vers 5 h 45, ils ont avisé le contrôleur aérien dans un appel de détresse, qu’ils allaient devoir poser l’avion dans l'une des rues de la métropole.

Le rapport indique que, au moment où l'avion atterrissait, l’aile droite a heurté un lampadaire sur l’autoroute Transcanadienne. Un morceau d’un peu plus d’un mètre s’est alors détaché de l’aéronef. L’hélice gauche a, de plus, accroché une structure de béton.

D'autres facteurs en cause

Selon les conclusions des enquêteurs, les conditions météorologiques ne sont pas en cause dans cet incident.

Toutefois, l'enquête du BST a permis de constater des discordances entre les listes de vérification des procédures normales de descente d’un appareil de modèle Piper Navajo.

Deux mises en garde présentes dans la liste de vérification fournie par l’avionneur ne figuraient pas dans la liste de la compagnie Super T Aviation.

« L'utilisation des réservoirs extérieurs durant les montées, les descentes ou le vol coordonné en palier prolongé pourrait entraîner une perte de puissance, malgré une quantité appréciable de carburant dans les réservoirs », est-il notamment écrit dans le manuel de l’avionneur, relate le BST.

Les enquêteurs ne peuvent pas conclure si cet élément précis aurait pu permettre d'éviter l’incident.

Le BST a constaté que le manuel de référence rapide de l'exploitant ne favorise pas une consultation rapide comparativement à d'autres manuels. Le manque d'onglets pour accéder rapidement à certaines sections et les numéros de pages en petits caractères ne sont pas pratiques en cas d'urgence.

Par ailleurs, le BST mentionne un problème de communication entre les deux pilotes. Le rapport indique que ceux-ci avaient deux façons différentes de calculer le carburant.

Ces derniers n’avaient donc pas discuté de leurs stratégies de gestion du carburant pendant le vol, conclut l’enquête.

« Les deux pilotes avaient tous les permis et les qualifications nécessaires pour vol », précise par ailleurs le rapport.

Alberta

Société