•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille Boushie poursuit Gerald Stanley, la GRC et le procureur général du Canada

Debbie Baptiste, la mère de Colten Boushie, tient une photo de son fils entre les mains.

Debbie Baptiste, la mère de Colten Boushie s'est effondrée lorsqu'elle a appris que la Couronne ne ferait pas appel en Saskatchewan, selon l'avocat de la famille.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Deux ans moins un jour après la mort de Colten Boushie, sa famille a engagé, mercredi, des poursuites judiciaires contre Gerald Stanley, qui a été acquitté de meurtre au second degré de l'Autochtone de 22 ans en février, ainsi que contre des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le procureur général du Canada.

​​La mère de Colten Boushie soutient que sa mort a été causée par la négligence ou l’imprudence, ou encore de façon intentionnelle par le fermier. Le jeune homme a été tué par balle dans la ferme de Gerald Stanley le 9 août 2016,

​​Debbie Baptiste est la seule demanderesse d'une des deux poursuites, celle contre Gerald Stanley, déposée au nom de la succession de Colten Boushie.

Selon la poursuite, elle espère obtenir des dommages allant jusqu'à 60 000 $ pour le deuil et des services de consultation, ainsi que 20 000 $ pour les frais relatifs aux services funéraires

Colten Boushie.

Colten Boushie.

Photo : La Presse canadienne

​Contre les agissements de la GRC

​La poursuite judiciaire de la mère et des deux frères de Colten Boushie contre la GRC et le procureur général du Canada découle du traitement qu’ils disent avoir reçu de la part des policiers, le soir de la mort de Colten Boushie.

​La famille reproche aux agents de la GRC d'avoir effectué une descente armée au domicile familial, le soir du drame, alors qu'ils n'avaient pas de mandat de ​perquisition​. En tout, sept membres de la GRC sont nommés dans les documents de la cour.

La famille soutient en outre que les agents ont annoncé la mort de Colten Boushie de manière très directe, puis se sont précipités sans le consentement de la famille à l'intérieur de la maison.

​Ils la fouillaient à la recherche d'un garçon du nom de Cassidy Cross-Whitstone, qui aurait fui après avoir entendu un coup de feu dans la ferme de Gerald Stanley​, comme l'indiquent les documents de la cour. ​

La mère de Colten Boushie a expliqué qu'elle pleurait effondrée sur le sol et qu'un agent lui a empoigné les poignets ​en lui disant de se ressaisir.

​La poursuite reproche également aux policiers ​d'avoir​ rapidement quitté le domicile de la famille Boushie, sans offrir ni service médical ni conseil​s.

​Debbie Baptiste demande 200 000 ​$ en indemnités pour des dommages généraux, et chacun de ses fils demande 100 000​ ​$.

Tous les trois demandent également 100 000​ ​$ chacun pour les pertes financières qu'ils ont subies.

Ils demandent chacun 50 000​ ​$ en dommage particuliers et 200 000​ $ en dommages punitifs.

​Aucune de ces allégations, associées aux poursuites civiles, n'a encore été prouvée devant les tribunaux.​

Dans la poursuite, le procureur général du Canada est nommé comme défendeur en vertu de la Loi sur la responsabilité civile de l’État et le contentieux administratif, et relativement à son rôle d'employeur de la GRC, au nom de la Couronne.

Les plaintes ont été déposées, mercredi, à la Cour du Banc de la Reine de Saskatoon. Les plaignants seront représentés par l’avocat Chris Murphy, qui les avait déjà représentés lors du procès de Gerald Stanley, ainsi que l’avocate crie Eleanore Sunchild.

En mars, la Couronne a décidé de ne pas porter en appel le verdict de non-culpabilité de Gerald Stanley. Le sous-procureur adjoint, Anthony Gerein, avait affirmé qu’il n’y avait aucune preuve que le juge avait mal fait son travail lors du procès.

Réactions de la GRC

Le bureau du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale a partagé une déclaration écrite au sujet de la poursuite contre l'agence de police fédérale.

La déclaration souligne d'entrée de jeu que le ministre s'abstient de commenter la situation puisque l'affaire est maintenant devant les tribunaux.

Toutefois, M. Goodale a tenu à partager quelques précisions sur les responsabilités principales de la nouvelle commissaire de la GRC, Brenda Lucki. Le bureau du ministre mentionne qu'une de ses responsabilités est de veiller à la promotion de la réconciliation avec les peuples autochtones, en ajoutant qu'un de ses mandats est de s'assurer que les peuples autochtones soient mieux représentés au sein de l'agence, notamment dans les postes de direction.

​Nous savons que l'établissement de relations solides entre la police et les collectivités, fondées sur la coopération et la confiance mutuelle, est essentiel à la protection de la sécurité publique.

Bureau du ministre de la Sécurité publique

Autochtones

Société