•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba sera fortement touché par le changement climatique

Un tracteur dans un champ lors du lever du soleil en Alberta, en août 2016.

Les provinces des Prairies seront particulièrement soumises aux sécheresses, dont l'intensité et la fréquence devraient augmenter au cours des prochaines décennies, selon des projections de Ressources Naturelles Canada.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Alors que le sud du Manitoba fait encore face à une nouvelle vague de chaleur, Danny Blair, géographe et climatologue au Prairie Climate Centre, de Winnipeg, évalue l'impact concret que le changement climatique aura sur le Manitoba.

On parle d’augmentation de la température moyenne de 1 à 2 degrés Celsius. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie pour notre province?

Cela signifie beaucoup! Pour le Canada, et le Manitoba en particulier, il faut multiplier cela par deux. Nous sommes dans une région du monde où nous aurons un réchauffement climatique plus marqué que dans le reste du monde.

Pourquoi?

À cause de la géographie. Au Manitoba, nous avons un climat très continental et nous sommes loin d’un océan, qui peut avoir un impact sur les températures. Nous allons avoir un réchauffement plus marqué à cause du manque de fraîcheur qui provient des grandes étendues d’eau. La réduction de la longueur des hivers et de la quantité de neige que nous recevons nous touchent aussi parce qu’il n’y a plus l’effet de rafraîchissement causé par l’albédo (la réflexion, par la neige ou les calottes glaciaires, des rayons du soleil vers l’espace).

Qu’en est-il des précipitations?

Les précipitations sont, en effet, une autre variable importante. On est en train d’avoir des printemps plus humides : on s’attend à une augmentation d’environ 40 % des précipitations au Manitoba. C’est d’ailleurs au printemps que surviennent les inondations dans la province. Il y a une crainte que ces inondations soient pires que celles qui sont survenues dans le passé. Parallèlement, les étés seront plus secs. Cela va poser un défi structurel en ce qui concerne la gestion des ressources hydriques, et nous devons nous préparer à cela.

Quelles sont les régions du Manitoba qui seront les plus touchées?

Le sud et l’ouest verront une augmentation considérable des précipitations au printemps. Pour autant, on ne s’attend pas à ce qu’il y ait des zones qui deviennent non habitables dans la province.

L’agriculture est une partie non négligeable de l’économie de la province. Comment celle-ci est touchée?

Le fait que les étés vont devenir plus secs est inquiétant pour des choses sur lesquelles on se base, comme l’agriculture. Déjà, on voit des changements : le maïs, qui est une plante qui aime la chaleur, est plus présent dans la province. Voir du maïs au nord de Winnipeg est devenu commun, alors que c’était un gros défi d’en planter au nord de la capitale manitobaine il y a encore quelques années.

Tous ces changements, quand vont-ils se produire? Dans des années, des décennies?

Les changements sont déjà là! Par exemple, cette année, nous allons dépasser la vingtaine de jours au-dessus de 30 degrés Celsius à Winnipeg. Habituellement, on a en moyenne une dizaine de jours. Dans les années 2030, la moyenne de jours au-dessus de 30 degrés Celsius sera autour d’une vingtaine. Dans les années 2050, ce sera une quarantaine de jours en moyenne.

D'après une entrevue de Marcy Markusa, CBC

Manitoba

Changements climatiques