•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec dit adieu à Paul Gérin-Lajoie

Paul Gérin-Lajoie reçoit le prix Georges-Émile-Lapalme 2013.

Photo : La Presse canadienne / PC/Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le Québec a rendu un ultime hommage à Paul Gérin-Lajoie. Ministre sous Jean Lesage dans les années 60, il est considéré comme le père du système québécois d'éducation. Il a par la suite apporté son expertise développée au Québec partout sur la planète.

C'est sur l'air d'Ave Maria que la cérémonie, présidée par l'archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, a débuté à la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde.

Dans la salle, bon nombre de politiciens se sont réunis, y compris la gouverneure générale Julie Payette, les premiers ministres du Canada et du Québec, Justin Trudeau et Philippe Couillard, ainsi que l'actuel ministre de l'Éducation du Québec, Sébastien Proulx, et sa collègue à l'Enseignement supérieur, Hélène David.

Des dizaines de personnes discutent sur le parvis de la cathédrale-basilique, en plein soleil.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs personnes sur le parvis de la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

Philippe Couillard, Suzanne Pilote, Julie Payette et Justin Trudeau, sur un même banc d'église.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, sa femme, Suzanne Pilote, la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, et le premier ministre Justin Trudeau, font partie des nombreux dignitaires qui ont assisté aux funérailles de Paul Gérin-Lajoie.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Parmi les autres invités, on comptait également les chefs du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, Jean-François Lisée et François Legault; l'ex-première ministre Pauline Marois; l'ex-chef du Nouveau Parti démocratique Thomas Mulcair; ainsi que plusieurs autres députés, sénateurs et candidats, en plus de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

« Un chapitre de notre histoire se termine, mais nous savons qu’il continuera d’inspirer le grand livre de notre avenir », a déclaré Philippe Couillard lors de son éloge funèbre.

« La connaissance sera toujours une quête », a poursuivi le premier ministre, qui estime que « Paul Gérin-Lajoie a rendu cette quête accessible à tous les enfants du Québec ».

« Sa marque sur le Québec est permanente. Il laisse dans le deuil un peuple reconnaissant », a ajouté Philippe Couillard.

Papa, un humaniste qui voulait changer le monde.

François Gérin-Lajoie, fils de Paul Gérin-Lajoie
Deux hommes et deux femmes sur un même banc d'église. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres de la famille de Paul Gérin-Lajoie, lors de ses funérailles, à la basilique cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Citoyen mondial

Aux yeux de Mamadou Ndoye, ex-ministre de l'Éducation du Sénégal, Paul Gérin-Lajoie « avait aussi une famille au Sénégal et en Afrique ».

« Pour moi, il était un père spirituel, un compagnon de combat pour l’éducation et un ami », a-t-il déclaré.

Selon M. Ndoye, Paul Gérin-Lajoie « était un idéaliste humaniste, mais qui tenait à mettre ses généreuses idées à l'épreuve dans le laboratoire de la vie ».

L'ex-ministre sénégalais a par ailleurs souligné que la Fondation Paul Gérin-Lajoie avait cherché à éduquer non seulement les jeunes, mais aussi les adultes et les plus démunis.

« Paul Gérin-Lajoie avait compris que l’exercice du droit à l’éducation ne pouvait pas se limiter à l’acquisition des instruments de base de l’apprentissage. Il fallait en plus équiper ces démunis en compétences de vie et de travail afin qu’ils puissent construire leur autonomie, accéder à un emploi décent et s’intégrer dans la société », a-t-il rappelé.

Des hommes portant des vestons et des cravates transportent un cercueil en bois à l'intérieur d'un véhicule à la sortie de la basilique-cathédrale.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cercueil de Paul Gérin-Lajoie à sa sortie de la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

Concert d'éloges

Lors de leur arrivée à la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde, plusieurs personnalités politiques du Québec n'ont eu que de bons mots pour l'ancien ministre.

« On a perdu aujourd'hui un magnifique citoyen du monde », a estimé l'ancien maire de Montréal Denis Coderre.

Pour les deux porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, le principal héritage de M. Gérin-Lajoie demeure le système éducatif québécois.

« C'était un homme qui avait une vision où la connaissance du peuple était centrale », selon Mme Massé.

Pour son collègue, Paul Gérin-Lajoie a « fait au peuple québécois le plus beau des cadeaux : celui de l'éducation publique, gratuite, laïque et humaniste ».

Un homme, souriant, et une femme à la sortie de la basilique-cathédrale, en plein soleil.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

L'écrivain Dany Laferrière était l'un des premiers à se présenter, jeudi. « Il s’agit de quelqu’un d’exceptionnel. Il fallait lui rendre un hommage intime et un hommage officiel, a-t-il dit sur le parvis de la basilique-cathédrale. Il avait des fonctions extrêmement lourdes qu’il a portées avec légèreté », a poursuivi l'académicien, en soulignant le legs du défunt au Québec, mais aussi à Haïti.

Un prêtre et un homme en complet noir sourient sur le parvis de la basilique-cathédrale.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'écrivain Dany Laferrière à sa sortie des funérailles de Paul Gérin-Lajoie, jeudi

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

« La décision du gouvernement Lesage de remplacer l’église par l’école et de faire du Québec un pays de citoyens éduqués vient en grande partie de Paul Gérin-Lajoie, mais il n’a pas gardé ça uniquement au Québec. Il est allé en Afrique et aussi, surtout, en Haïti. J’imagine toujours que beaucoup de jeunes gens qui sont parvenus à comprendre le monde en lisant des livres, en se renseignant, en se divertissant dans les romans, disons que tous ces gens-là doivent quelque chose à celui que j’appelle le chevalier de l’alphabet », a-t-il déclaré.

Apprendre d'un géant : entrevue avec l'auteur-compositeur-interprète Yves Duteil

Modernité

Mercredi, lors de l'exposition de la dépouille de Paul Gérin-Lajoie en chapelle ardente, M. Couillard, accompagné d'Hélène David, a qualifié le défunt de « principal fondateur du Québec moderne ».

Quel est l’outil qui émancipe le plus les peuples? Nelson Mandela l’a dit. L’outil qui nous a permis de basculer dans la modernité de façon excessivement rapide au Québec, c’est l’éducation.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Le premier ministre a ajouté que « la contribution historique de Paul Gérin-Lajoie est largement associée à l’éducation, mais elle est également associée aux relations internationales du Québec, avec la célèbre doctrine que nous appliquons depuis des décennies et qui dit que ce qui est de notre compétence ici est de notre compétence partout. Dans le développement international aussi, son rôle à l’ACDI (Agence canadienne de développement international) a été marquant ».

Discours de Paul Gérin-Lajoie du 12 avril 1965 sur la place du Québec à l'international

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique