•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétude à l'ouverture de la pêche au homard au sud-est du Nouveau-Brunswick

Le quai de Saint-Louis-de-Kent.

Le quai de Saint-Louis-de-Kent

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pelletier

Radio-Canada

La saison de pêche commence dans le détroit de Northumberland, au sud-est du Nouveau-Brunswick. Toutefois, plusieurs craignent de ne pas travailler suffisamment pour être admissibles à l'assurance-emploi.

C'est au tour des pêcheurs de la zone 25, qui s’étend de Pointe-Sapin au Cap Tourmentin, d'entreprendre leur saison de pêche au homard.

Assez de travail pour l'assurance-emploi?

Sur le quai de Saint-Louis-de-Kent, mercredi, durant les derniers préparatifs, la question du chômage était sur toutes les lèvres des hommes et femmes de pont.

Plusieurs craignent de ne pas travailler durant suffisamment d’heures cette année pour être ensuite admissibles à l’assurance-emploi.

Il y en a qui sont positifs. La plupart ne le sont pas. Il y en a qui ne pourront pas faire leurs stamps. C'est inquiétant, affirme Angie Mazerolle.

La question fait aussi réagir l'Union des pêcheurs des Maritimes, qui interpelle Ottawa pour réviser les règles de l’assurance-emploi.

Je pense qu'il y a besoin de plus de dialogue avec les gouvernements provinciaux des provinces atlantiques pour envoyer un message plus clair, estime Michel Richard, un organisateur syndical.

Des casiers à homards sur le quai.

La chaleur des derniers jours n’aide pas à rendre le travail plus confortable.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pelletier

Une pénurie d’employés

L’incertitude est telle que des travailleurs saisonniers renoncent à la pêche, au point où certains capitaines ont de la difficulté à en embaucher.

Encore hier, je cherchais un deuxième homme. Je l'ai trouvé hier. Il y en a encore qui cherchent leur premier, raconte le capitaine Camille Cormier.

On ne peut pas aller à la pêche sans homme de pont, souligne un autre capitaine, Maurice Martin. Ils sont punis pour travailler sur nos bateaux.

Plusieurs travailleurs placent les appâts dans les casiers.

Plusieurs travailleurs placent les appâts dans les casiers.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pelletier

Des baleines noires seront-elles présentes?

De nombreuses zones de pêche ont été fermées au nord-est du Nouveau-Brunswick, au printemps, afin de protéger les baleines noires. Plusieurs pêcheurs se sont retrouvés entassés dans de petites zones.

Maurice Martin dit être plutôt sûr qu’un tel scénario ne se produira pas dans la zone 25.La coutume, ces baleines-là, ça va dans l’eau creuse, comme dans le bout de Miscou. On ne devrait pas avoir de problème avec les baleines.

Toutefois, une certaine incertitude plane toujours sur les pêcheurs, juge-t-il.

Il y a tout le temps une petite crainte. [...] On ne peut pas prédire.

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches