•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Isabelle Melançon réitère fermement son intention de soumettre le Projet Authier au BAPE

Une femme aux cheveux courts et portant des boucles d'oreille regarde vers sa droite. Elle porte un veston ou un manteau fermé.
La ministre québécoise de l'Environnement, Isabelle Melançon (archives) Photo: Radio-Canada

La ministre de l'Environnement, Isabelle Melançon, a réitéré fermement mercredi son intention de soumettre le Projet Authier de Sayona Québec à la procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement, incluant une analyse par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Un texte de Thomas Deshaies

Il faut travailler en toute transparence et on a le BAPE pour cela. Moi, ma décision n'a vraiment pas changé. Au contraire, je suis plus que confortée, a fait savoir la ministre, en marge d'une conférence de presse tenue à Val-d'Or.

Rappelons que Mme Melançon avait réclamé un BAPE le 29 juin dernier, par voie de communiqué, tout en suggérant au promoteur de réclamer lui-même une analyse du BAPE.

J'ai demandé à la compagnie d'y aller par elle-même, d'aller avec un processus pour le BAPE et je les invite toujours à y aller ainsi. Si elle ne le fait pas, moi, j'ai de nouveaux pouvoirs comme ministre.

Isabelle Melançon, ministre de l'Environnement

La minière n'a à ce jour toujours pas fait savoir si elle soumettrait d'elle-même son projet au BAPE, comme le suggère la ministre. Elle a également refusé toute demande d'entrevue. Par contre, elle a poursuivi la tenue de rencontres privées avec différents acteurs du milieu.

Dans un communiqué de Sayona Mining daté du 31 juillet, l'entreprise fait toutefois savoir qu'elle a eu une rencontre « hautement constructive » avec le ministère de l'Environnement le 10 juillet dernier.

La ministre maintient le cap, même en élections

Isabelle Melançon estime que le Projet Authier ne pourra obtenir l'acceptabilité sociale sans le BAPE. L'acceptabilité sociale, on le sait, notre meilleur outil pour y arriver, c'est le BAPE. Allons-y en toute transparence, a-t-elle déclaré.

La ministre explique devoir attendre que Sayona Québec dépose sa demande de certificat d'autorisation au ministère avant de faire sa recommandation au conseil des ministres.

Une demande qui devrait être faite en septembre, si on en croit les propos tenus par les représentants de Sayona Québec lors de sa consultation publique qui a eu lieu à Amos le 27 juin.

La ministre de l'Environnement assure qu'elle agira, même si les documents sont envoyés durant la campagne électorale. Moi, je demeure ministre, je ne lâche pas le travail. Je peux vous dire que durant la campagne électorale, je suis toujours ministre de l'Environnement, dès que le tout va être déposé, ça va aller assez rondement, a-t-elle tranché.

La ministre s'est aussi voulue rassurante pour les citoyens préoccupés par le projet. Ils peuvent totalement compter sur moi, a-t-elle déclaré.

Sayona Québec a de nouveau refusé notre demande d'entrevue.

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais