•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus souhaitent trouver des solutions à la flambée du prix du bitume

Travaux dans la rue Lafontaine de Rivière-du-Loup.
Travaux dans la rue Lafontaine de Rivière-du-Loup Photo: Radio-Canada / Patrick Bergeron
Radio-Canada

La MRC de Rivière-du-Loup pourrait lancer une étude de faisabilité pour mesurer la pertinence de se doter d'un plan d'asphalte.

Un texte de Patrick Bergeron

L'idée est venue d'un conseiller municipal de Saint-Arsène, Marc Rioux, qui tentait de trouver une façon de limiter les effets de la variation importante du prix des travaux d'asphaltage année après année dans la région.

Comptable de formation, il avance que ce plan pourrait permettre de recycler le bitume qui est enlevé sur les routes lors de travaux et également de réutiliser les bardeaux d'asphalte qui se trouvent sur les toitures des résidences.

Pour lui, la mise en place d'une telle infrastructure pourrait aussi permettre de faire différents tests pour trouver les meilleurs composants pour les routes de la région.

Si l'asphalte que nous produisons demeure en bon état plus longtemps, nous aurons une économie d'échelle, même [s'il] coûte plus cher à produire au début.

Marc Rioux, conseiller municipal à Saint-Arsène

Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, croit que cette option doit être envisagée.

Cependant, avant d'entreprendre cette étude, il souhaite vérifier si les lois québécoises permettent aux municipalités de produire de l'asphalte. Si la réponse est positive, il croit que d'autres MRC de la région pourraient même être intéressées à se joindre au projet.

Que l'on soit au Kamouraska, au Témiscouata, dans les Basques ou encore à Rivière-du-Loup, notre objectif est de rentabiliser le plus possible l'argent que nous collectons auprès de nos concitoyens.

Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup

Michel Lagacé rappelle que la venue de nouveaux acteurs dans le domaine pourrait permettre de faire diminuer les prix demandés aux municipalités.

Bas-Saint-Laurent

Économie