•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pilotes allemands et néerlandais de Ryanair en grève

Un avion sur lequel on peut lire « Ryanair » est vu au sol près d'un autre avion. Un escalier permettant aux passagers de quitter l'avion est vu près de l'appareil.
Un avion de Ryanair à l'aéroport de Valence, le 25 juillet 2018 Photo: Getty Images / AFP/Jose Jordan
Agence France-Presse

La compagnie à bas coûts Ryanair doit composer avec un conflit social d'une ampleur inédite après l'annonce mercredi du ralliement de ses pilotes allemands et néerlandais à la grève européenne du 9 août, lors de laquelle plusieurs centaines de vols seront annulés en pleine période de vacances.

Deux cent cinquante vols au départ et à destination de l'Allemagne seront annulés vendredi, a mentionné l'entreprise irlandaise. Ceux-ci s'ajoutent aux annulations déjà prévues de 146 vols en raison de grèves de pilotes le même jour en Suède, en Belgique et en Irlande.

Dans la soirée, le principal syndicat des pilotes de ligne néerlandais (VNV) a annoncé qu'il se joindrait à ce mouvement.

La direction de la compagnie, qui n'était pas en mesure de préciser les conséquences de ce dernier ralliement, a cependant introduit une procédure judiciaire d'urgence pour empêcher ses pilotes néerlandais de s'unir au mouvement de grève européen du 9 août. Celle-ci sera traitée la veille par un tribunal néerlandais.

Au total, plus de 55 000 passagers seront concernés, dont 42 000 pour l'Allemagne, selon la compagnie, qui a promis aux voyageurs lésés un changement gratuit de réservation.

Quelque 480 pilotes basés dans une dizaine d'aéroports allemands sont appelés par le syndicat Vereinigung Cockpit (VC) à cesser le travail cette semaine, de jeudi 21 h 1 (HAE) à vendredi 20 h59 (HAE). Aux Pays-Bas, cette grève durera de jeudi 18 h (HAE) à vendredi 17 h 59 (HAE).

« Nous ne voyons pas, chez Ryanair, la volonté de s'engager dans de réelles négociations salariales », a déclaré Martin Locher, président de VC, qui demande de meilleures conditions contractuelles et une hausse des salaires.

Des accusations qui sont rejetées par la direction. « Nous regrettons la décision de VC de maintenir cette grève inutile », a réagi le patron du marketing de Ryanair, Kenny Jacobs, lors d'une conférence de presse à Francfort.

Selon lui, le syndicat a décidé d'aller en grève malgré une proposition de convention collective révisée présentée le 3 août, trois jours avant l'expiration de l'ultimatum posé par les pilotes.

« Nos pilotes en Allemagne ont d'excellentes conditions de travail. Les salaires peuvent atteindre 287 000 $ CA par an et sont en moyenne de 227 000 $ CA par an. Ils ont reçu 20 % d'augmentation de salaire cette année », a assuré M. Jacobs.

Les tensions

Le patron du marketing de Ryanair, Kenny Jacobs. Le patron du marketing de Ryanair, Kenny Jacobs Photo : Reuters / Ralph Orlowski

La compagnie voit se multiplier les mouvements sociaux. Fin juillet, elle a affronté une grève sans précédent de la part de son personnel de cabine en Espagne, en Italie, au Portugal et en Belgique.

Ryanair avait alors dû annuler près de 600 vols, touchant quelque 100 000 passagers.

Le mouvement de vendredi est la première grève de pilotes à secouer la compagnie dans plusieurs pays en même temps.

La semaine dernière et en juillet, Ryanair a fait face à une grève de ses pilotes irlandais aux conséquences limitées.

Le malaise au sein du groupe a éclaté au grand jour à la suite d'un sérieux problème de planification de pilotes en septembre 2017, qui a entraîné un grave conflit et des annulations portant sur 20 000 vols dans les mois suivants.

Un virage

Cette crise a poussé Ryanair à négocier un virage à 180 degrés en entamant des pourparlers avec des syndicats dans plusieurs pays, alors que la compagnie avait toujours refusé de les reconnaître.

En Irlande, le conflit s'est envenimé depuis que Ryanair a annoncé la semaine dernière qu'elle allait transférer des avions de Dublin vers la Pologne, ce qui pourrait coûter 300 emplois, dont ceux de 100 pilotes.

Ces derniers reprochent à Ryanair sa politique salariale agressive et l'utilisation de contrats de droit irlandais en Allemagne.

« Des améliorations ne sont pas possibles sans une augmentation des coûts du personnel, mais Ryanair a exclu toute hausse de ces dépenses. Parallèlement, Ryanair n'a donné aucune indication sur les marges de manoeuvre pour trouver une solution. Ryanair est donc totalement responsable de l'escalade », a martelé M. Locher.

Le transporteur assure mieux payer ses pilotes que ses concurrents easyJet et Norwegian. Il a aussi promis qu'à Noël tous les pilotes allemands disposeront d'un contrat avec Ryanair en bonne et due forme, contre 80 % aujourd'hui.

Industrie aéronautique

International