•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec veut s'attaquer à la contrebande de cannabis

Saisie de 1500 plants de cannabis par la SQ

Photo : Radio-Canada / Image: Sûreté du Québec

Radio-Canada

La légalisation du cannabis pourrait engendrer une hausse du nombre de vols d'électricité, anticipe Hydro-Québec. La société d'État croit que les producteurs illégaux de marijuana tenteront par tous les moyens de réduire leurs coûts de production.

Un texte de Carl Marchand

Si le cannabis est légalisé pour mener la vie dure au marché noir, ce même marché noir n’a probablement pas dit son dernier mot, estime Hydro-Québec.

« C'est encore une problématique dans laquelle on va voir du vol d'électricité », juge Marc Desaulniers, chef, intervention, vol d'électricité.

Marc Desaulniers, chef, intervention, vol d'électricité à Hydro-Québec à côté d'une voiture de la société d'ÉtatAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marc Desaulniers, chef, intervention, vol d'électricité à Hydro-Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Marchand

« Avec la légalisation du cannabis qui s'en vient en octobre, on ne croit pas que la problématique va diminuer, au contraire », ajoute-t-il.

Les producteurs illégaux, c'est assez improbable qu'ils souhaitent laisser leurs parts de marché aux producteurs légaux.

Marc Desaulniers, chef, intervention, vol d'électricité à Hydro-Québec

Hydro-Québec et le cannabis

L'électricité comme arme contre la contrebande

Le gouvernement du Québec consacrera 10 millions de dollars par année pour lutter contre la contrebande de cannabis, à l'image de ce qui se fait pour le tabac ou l'alcool.

Comme l'énergie est l'une des principales dépenses dans la production de la drogue, Hydro-Québec croit pouvoir jouer un rôle important.

Un compteur intelligent d'Hydro-Québec (archives)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un compteur intelligent d'Hydro-Québec (archives)

Photo : Radio-Canada

En 2017, un projet pilote d'analyse des données tirées des compteurs intelligents dans la région des Laurentides a permis de repérer 101 sites de vols d'électricité, dont 37 étaient des serres de production de cannabis.

L'opération menée conjointement avec la Sûreté du Québec a conduit à l'arrestation de 47 personnes et à la saisie de 11 000 plants et 115 kg de drogue en vrac.

« On a réalisé que, d'une part, c'était très performant pour détecter du vol d'électricité, et, d'autre part, on pouvait également détecter des serres de cannabis », insiste Marc Désaulniers.

Un transformateur d'Hydro-Québec Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un transformateur d'Hydro-Québec

Photo : Radio-Canada

L'immense majorité (96,5 %) des compteurs sont désormais des appareils de nouvelle génération qui communiquent la consommation en temps réel.

Mais Hydro-Québec assure pouvoir repérer autrement quelque chose de louche dans votre quartier.

Chaque transformateur est à la base d'une cellule électrique qui peut regrouper jusqu'à une douzaine de maisons. Une seule installation non conforme provoque une instabilité dans le réseau qui ne passe pas inaperçue.

Étienne Lagueux, inspecteur à la protection des revenus d'Hydro-Québec, effectue des vérifications sur un compteur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hydro-Québec compte 25 inspecteurs comme Étienne Lagueux, chargés d'enquêter sur les vols d'électricité

Photo : Radio-Canada / Carl Marchand

« Par l'analyse de groupe, on est capables de savoir qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans la cellule. Pour nous, ça va être à l'origine de la démarche pour faire des inspections », précise Étienne Lagueux, inspecteur à la protection des revenus.

Un œil sur la cryptomonnaie

Hydro-Québec garde également un œil sur le secteur de la cryptomonnaie.

L’engouement pour l’activité est grand et la récente décision de la Régie de l’énergie de hausser les tarifs d’électricité pour ce domaine pourrait inciter à voler de l’énergie. La société d’État croit aussi que des mineurs vont camoufler leurs activités.

« Certaines personnes pourraient être tentées de faire des installations clandestines de cryptomonnaie pour ne pas avoir à payer le 15 cents, c'est une forme de fraude tarifaire nécessairement », conclut M. Desaulniers, qui rappelle que le tarif commercial de base est d'environ 5 cents le kW/h.

Des câbles de survoltage pour contourner le compteur

D'autres raisons subsistent pour expliquer le vol d'électricité, notamment la déconnexion en raison de factures impayées. Et certains de ces anciens clients regorgent d'imagination pour arriver à leurs fins.

Les employés d'Hydro-Québec ont par exemple épinglé un client en défaut de paiement qui avait contourné son compteur avec des câbles de survoltage de voiture.

Une installation de vol d'électricité détectée à Lévis en février 2018 : des câbles de survoltage avaient été installés directement sur la ligne électrique, puis reliés à l'intérieur d'une résidence en contournant le compteur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une installation de vol d'électricité détectée à Lévis en février 2018 : des câbles de survoltage avaient été installés directement sur la ligne électrique, puis acheminés à l'intérieur d'une résidence en contournant le compteur

Photo : Hydro-Québec

« En soi, c'est une méthode de vol qui est extrêmement dangereuse, la personne met sa vie en danger », conclut Marc Desaulniers, qui invite les citoyens à signaler toute installation qui leur semble non conforme.

Une action concertée

Hydro-Québec a regroupé tous ses effectifs consacrés à la lutte contre le vol d'électricité au sein de la même unité en 2017. Au total, une cinquantaine d'employés assistés de 25 enquêteurs se répartissent à travers le Québec.

L'an dernier, 408 cas de vol d’électricité ont été confirmés par Hydro-Québec, qui a récupéré 745 000 $ et 316 000 $ en taxes.

Il y a encore beaucoup de place à l'amélioration : la société d'État évalue que le vol d'énergie lui fait perdre de 22 à 75 millions de dollars annuellement.

Québec

Drogues et stupéfiants