•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entente de partenariat et du financement pour deux réseaux de recherche universitaires

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, était de passage à l'UQAR mercredi pour faire plusieurs annonces.
Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, était de passage à l'UQAR mercredi pour faire plusieurs annonces. Photo: Radio-Canada / François Gagnon
Radio-Canada

L'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et Pêches et Océans Canada ont signé une entente de partenariat pour les 10 prochaines années. Ottawa a aussi octroyé du financement à deux réseaux dont l'UQAR fait partie.

Un texte d'Édith Drouin

Le ministre des Transports, Marc Garneau, était de passage à Rimouski mercredi pour en faire l'annonce.

L’accord permettra de faciliter la collaboration entre l'UQAR et le fédéral tout en balisant le développement de futurs projets scientifiques. Les deux instances partageront notamment leur expertise, leurs données et leurs équipements.

Ottawa a aussi annoncé du financement pour deux réseaux universitaires.

Le réseau SECO.net (St Lawerence ECOsystem Health Research and Observation NETwork) obtiendra 497 000 $, tandis que le réseau Ressources aquatiques Québec, qui est basé à l'UQAR, recevra 563 000 $.

Le recteur de l'UQAR, Jean-Pierre Ouellet, explique que les chercheurs de l’université qui font partie de ces réseaux toucheront une partie de ce financement.

Ça amène de l'eau au moulin à la mission universitaire et à la capacité de l'UQAR de générer des projets, générer des travaux de recherche, mais aussi d'attirer de plus en plus d'étudiants chez nous.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l’UQAR

Selon le recteur, les recherches de Ressources aquatiques Québec visent à étudier l’impact des changements climatiques sur la distribution des poissons et des crustacés dans l’estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent et à tenter de les anticiper.

Le réseau SECO.NET tente par ailleurs de comprendre les facteurs humains liés aux déversements de produits organiques qui proviennent des milieux terrestres vers les milieux marins et de déterminer leur impact sur les organismes marins.

Bas-Saint-Laurent

Science