•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau exhortée à revoir son règlement sur les encombrants

Un matelas, un vieux canapé et une structure de bois près d'un bac de recyclage bleu

Force est de constater que le nouveau règlement sur les encombrants, entré en vigueur le 16 juillet dernier, n'est pas respecté partout sur le territoire de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des voix s'élèvent pour que la Ville revoie son nouveau règlement sur les déchets encombrants à Gatineau, moins d'un mois après son entrée en vigueur. Un conseiller municipal a même demandé au maire que des collectes soient de retour plus régulièrement.

Les organismes de charité avaient sonné l'alarme sitôt le règlement entré en vigueur, le 16 juillet, s'inquiétant que plus de citoyens abandonnent leurs encombrants sur leur terrain.

Leurs inquiétudes semblent s'être matérialisées et des commerces de Gatineau racontent maintenant faire face au même problème.

La nouvelle réglementation municipale interdit de mettre au bord de la rue les déchets dits encombrants (matelas, meubles, électroménagers) ou les déchets issus de travaux de rénovation ou de construction. Les résidents doivent attendre une des quatre collectes spéciales annuelles ou se rendre au centre de transbordement et acquitter les frais.

Les gens viennent déposer pas mal n'importe quoi dans nos containers. On a des meubles, on a des déchets qu'on ne peut pas jeter dans les poubelles, décrit la chargée de projet du marché Notre-Dame de Gatineau, Jessy Fleet.

Des déchets près d'une boîte rouge de dons de la Saint-Vincent-de-Paul de Gatineau.

Selon les données de la Ville, les éboueurs distribuent chaque jour une vingtaine d'avis de courtoisie à des résidents qui laissent des encombrants en bordure de rue.

Photo : Radio-Canada

On doit gérer ça, et il n'y a personne pour nous aider. En ce moment, on a un divan, il faut que je trouve une façon de le déplacer et d'aller le porter quelque part, déplore la jeune femme. Il faut qu'on trouve des sous pour aller porter les déchets d'autres personnes.

La propriétaire du commerce À l'échelle du monde, Martine McFadden, vit la même situation sur son terrain.

Ça me décourage énormément, je perds confiance en l'humanité. Pour moi, c'est une forme de vol ou de vandalisme, dit-elle.

Depuis le 15 juillet, la Ville dit avoir reçu 39 requêtes concernant des encombrants qui se trouvent sur des terrains privés, comparativement à huit à pareille date l'an dernier.

Une porte-parole de la Municipalité, Rachel Rivard, a rappelé dans un courriel qu'il était de la responsabilité du propriétaire [du terrain privé] de faire le nettoyage, que ce soit lui ou non qui ait déposé les matières résiduelles à cet endroit.

Un conseiller demande à la Ville de faire demi-tour

Les commerçants commencent à être pénalisés, constate le conseiller de Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin.

Il dit avoir écrit au maire Maxime Pedneaud-Jobin pour que la réglementation soit assouplie et que des collectes pour les encombrants aient lieu mensuellement.

Jocelyn Blondin en entrevue avec Radio-Canada, à l'extérieur.

Le conseiller municipal Jocelyn Blondin a demandé au maire de Gatineau d'assouplir la réglementation sur les déchets dits encombrants.

Photo : Radio-Canada

M. Blondin croit par ailleurs que le centre de transbordement devrait abolir les frais pour les encombrants.

C'est un service qu'on offrait gratuitement. Pourquoi ne pas donner la chance aux gens qui se donnent la peine de se déplacer de ne pas avoir à payer?, demande-t-il.

Jocelyn Blondin dit avoir reçu l'appui de six conseillers, mais attend toujours une réponse du cabinet du maire.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale