•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau McGill va perdre 225 médecins résidents saoudiens : pas un problème, dit Barrette

Un médecin marchant dans un corridor d'hôpital.

Riyad a demandé à ce que les étudiants saoudiens au Canada rentrent au pays, y compris les centaines de médecins résidents dans les hôpitaux.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

Avec le départ anticipé de près de 800 médecins résidents saoudiens du Canada, dont 225 dans le réseau de l'Université McGill, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, se veut rassurant quant à l'offre de soins de santé dans les hôpitaux du Québec.

Un texte de Jean-Philippe Guilbault

Au plus fort de la dispute diplomatique entre le Canada et l’Arabie saoudite, le Royaume wahhabite a demandé le retour au pays de tous ses étudiants étrangers.

Il y aurait actuellement au Canada 796 médecins résidents saoudiens qui effectuent leurs études postdoctorales, notamment dans les hôpitaux universitaires, selon les estimations du Répertoire canadien sur l’éducation post-MD (RCEP).

De ce nombre, 225 travaillent dans le réseau de l’Université McGill, soit au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et à l’Hôpital général juif, confirme Gilda Salomone, responsable des communications du CUSM.

Ces Saoudiens représentent 18 % du nombre total de résidents au sein du réseau McGill.

Mercredi, Gaétan Barrette a tenu à préciser que leur départ ne devrait pas avoir d’incidence sur la prestation de soins au quotidien dans les hôpitaux du Québec.

« Nous avons des postes [de résidents] qui sont prévus et qui sont en nombre suffisant dans notre réseau pour qu’il fonctionne », a d'abord affirmé M. Barrette.

Le ministre a poursuivi en rappelant que les hôpitaux universitaires peuvent recruter des résidents supplémentaires à des fins de recherche et d’enseignement, sans nécessairement qu'ils travaillent à dispenser des soins.

Le départ de ces médecins-là ne va pas affecter les services au quotidien de façon globale.

Gaétan Barrette

« Par contre, [ça] va certainement potentiellement affecter l’organisation des chercheurs », prédit le ministre.

Un homme portant des lunettes arrondies et un veston regarde une journaliste lui poser une question alors que plusieurs micros sont dirigés avec lui.

Le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette

Photo : Radio-Canada

Des inquiétudes

Les propos du ministre n’ont pas rassuré le président du Conseil de la protection des malades, Paul Brunet.

« À moins que ces 250 médecins résidents ne prodiguent pas de soins, ce qui serait plutôt surprenant, c’est sûr qu’il va y avoir un impact », estime-t-il.

Selon M. Brunet, les effets de cette décision sur le terrain ne sont probablement pas évalués correctement.

Cette situation n’aidera pas à résoudre les problèmes d’accès aux soins de première ligne dans les hôpitaux du Québec, ajoute le président du Conseil, qui dit s’appuyer sur des sources sûres au sein du milieu.

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Un dossier toujours en développement

Le CUSM n’a pas voulu commenter plus en détail le dossier, précisant que celui-ci était toujours en évolution.

Or, le centre hospitalier a précisé que la plupart de ces 225 médecins auraient de toute façon quitté le Canada à la fin de leur résidence.

De son côté, l'Université McGill « collabore activement avec ses institutions homologues afin de recueillir des renseignements et d’évaluer les répercussions, tant auprès des étudiants que des établissements d’enseignement », soutient la responsable des relations médias de l’Université, Cynthia Lee.

Le Collège des médecins s’est également abstenu de tout commentaire. Sa porte-parole Leslie Labranche a cependant affirmé qu’aucune demande n’avait encore été faite par les universités québécoises pour le retrait de la carte de pratique des résidents saoudiens qui doivent quitter le pays.

La Fédération des médecins résidents du Québec préfère également attendre de voir comment la situation évoluera avant de se prononcer.

Avec les informations de Yasmine Khayat

Politique provinciale

Politique