•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations d'agression sexuelle : Daniel Laframboise demeure détenu

Daniel Laframboise au palais de justice de Rouyn-Noranda
Daniel Laframboise au palais de justice de Rouyn-Noranda Photo: Radio-Canada / Piel Côté
Radio-Canada

Daniel Laframboise, qui fait face à 16 chefs d'accusation, sera détenu tout au long de son processus judiciaire. Il était de retour au Palais de justice de Rouyn-Noranda pour subir son enquête sur détention, mercredi après-midi. Daniel Laframboise est entre autres accusé d'agressions sexuelles, d'agressions sexuelles causant des lésions et d'extorsion.

Avec les informations de Piel Côté

L'ambiance au Palais de justice de Rouyn-Noranda était tendue. Elle s'est d'ailleurs alourdie lorsqu'une femme se décrivant comme une amie d'une victime a agressivement insulté Daniel Laframboise.

Elle a finalement été expulsée de la salle tout juste avant le début de l'audience.

Les avocats ont présenté leurs preuves et le frère de Daniel Laframboise s'est amené à la barre.

Il était prêt à mettre 10 000 $ en garantie pour son frère. L'accusé était également prêt à avancer le même montant pour une éventuelle caution.

L'avocat de la défense, Me Pierre Grygiel, n'a pas pu convaincre le juge, comme l'explique sa vis-à-vis, la procureure de la Couronne, Me Émilie Larose.

Il y a deux critères que le ministère public alléguait, soit la protection du public et des victimes, et la confiance du public en l'administration de la justice. Le ministère public considérait que pour ces deux motifs-là, M. Laframboise devait demeurer détenu.

Me Émilie Larose, procureure de la Couronne

Rappelons que sa conjointe, Sandra Rapattoni, qui fait face à sept chefs d'accusation dans cette affaire, a quant à elle été libérée lors de son enquête pour remise en liberté mardi.

Tous deux seront d'ailleurs de retour en cour le 27 août.

Abitibi–Témiscamingue

Crimes et délits