•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'alcool lors du rassemblement annuel des Hells Angels en Montérégie

Un homme est sur sa moto avec une veste arborant une tête de mort ailée, symbole des Hells Angels.
Des centaines de membres des Hells Angels sont attendus, cette fin de semaine, à Saint-Charles-sur-Richelieu. Photo: La Presse canadienne / Justin Tang
Radio-Canada

De 300 à 700 membres et sympathisants des Hells Angels participeront en fin de semaine à la Canada Run, à Saint-Charles-sur-Richelieu, en Montérégie, mais ils ne pourront pas se faire servir de l'alcool.

La Régie des alcools, des courses et des jeux a en effet refusé de délivrer un permis de servir de l’alcool aux organisateurs du grand rassemblement annuel des Hells Angels de tout le pays, qui se déroulera de jeudi à dimanche sur une propriété privée.

La Régie justifie sa décision en affirmant que les organisateurs ont eu recours à un prête-nom pour faire leur demande, ce qui est contraire aux dispositions de la loi.

Selon Sylvain Tremblay, un ancien enquêteur de la Sûreté du Québec (SQ), l'organisation criminelle tenait à obtenir un permis d'alcool pour que son rassemblement se déroule « dans les règles de l'art », en évitant tout tumulte.

« Les Hells Angels ne veulent pas s'attirer l'attention des policiers. Ils ne veulent se mettre personne à dos. S'ils pouvaient tenir l'événement incognito, ils le feraient », avance l'expert en crime organisé.

La SQ s'est également manifestée pour s'opposer à ce que le permis soit délivré. Lors d'un témoignage devant la Régie, dont la transcription est lourdement caviardée, la SQ a soutenu que les organisateurs avaient effectivement eu recours à un prête-nom, mais aussi que le prétexte évoqué pour tenir le rassemblement, soit une « fête entre famille et amis », ne tenait pas la route.

Au dire de la SQ, il est ainsi prévu qu'environ 300 personnes se présentent à l'événement.

« Les Hells Angels, ce n'est pas un club social, ce sont des motards hors la loi, c'est un groupe criminel. Il y a des décisions judiciaires qui reconnaissent ça au Canada. Donc, lorsqu'on veut invoquer que c'est un party à saveur familiale, vous comprendrez qu'on n'est pas dupes. Ce n'est pas du tout de ça qu'il est question », a déclaré Guy Lapointe, directeur des communications de la SQ.

Sans vouloir commenter davantage, puisque la décision pourrait faire l'objet d'un appel, M. Lapointe a toutefois parlé de la résidence où doit avoir lieu l'événement comme du « local des Hells Angels, chapitre South, à Saint-Charles-sur-Richelieu ».

Selon Sylvain Tremblay, les forces de l'ordre ont peut-être manqué une occasion en tuant dans l'oeuf le plan des Hells Angels d'obtenir un permis d'alcool. En effet, les policiers auraient pu utiliser le prétexte d'une vérification de permis pour entrer sur les lieux du Canada Run et recueillir des informations, souligne-t-il.

Le terrain où se tiendra le rassemblement a déjà fait l'objet d'une opération d'envergure de la Sûreté du Québec en mars dernier. La SQ avait alors visé 9 résidences et 10 véhicules un peu partout au Québec dans le cadre d'une enquête sur le trafic de drogue.

La Ville veille au grain

La Municipalité de Saint-Charles-sur-Richelieu dit par ailleurs travailler en étroite collaboration avec la Sûreté du Québec et la Gendarmerie royale du Canada pour s’assurer que l’événement se déroule dans « la sécurité et la quiétude », selon un communiqué.

Évidemment, nous sommes contrariés que ce regroupement de motards, qui dominent actuellement le crime organisé au Canada, ait lieu chez nous.

La Municipalité de Saint-Charles-sur-Richelieu, dans un communiqué

« Si nous ne pouvons empêcher le rassemblement d’avoir lieu, nous allons néanmoins déployer tous les efforts possibles pour qu’aucun incident malheureux n’en résulte », soutient aussi l'administration de Marc Lavigne.

Selon Sylvain Tremblay, même s'ils ne peuvent pas entrer sur le terrain du Canada Run, les policiers vont probablement bloquer toutes les routes y menant et procéder à des vérifications sur tous ceux qui entrent et sortent du périmètre.

Grand Montréal

Justice et faits divers