•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Étudier l’effet de la remise à l’eau du saumon dans un contexte de réchauffement

Le chercheur Raphaël Bouchard prélève des échantillons sur les saumons de la ZEC de Rimouski.
Le chercheur Raphaël Bouchard prélève des échantillons sur les saumons de la ZEC de Rimouski pour en apprendre plus sur leur chance de reproduction et de survie après avoir été remis à l'eau par les pêcheurs sportifs. Photo: Radio-Canada / Isabelle Damphousse
Radio-Canada

La remise à l'eau du saumon de l'Atlantique est une mesure de conservation qui permet aux pêcheurs de continuer à taquiner le poisson, sans nuire à l'espèce. Mais est-ce toujours le cas lorsque la température de l'eau des rivières augmente? Un chercheur de l'Université Laval tente de répondre à cette question.

Le chercheur en question, Raphaël Bouchard, utilise les saumons de la ZEC de Rimouski pour en apprendre plus sur leur chance de reproduction et de survie après avoir été remis à l'eau par les pêcheurs sportifs lorsque la température de la rivière dépasse 20 °C.

Une étude réalisée sur la rivière Escoumins sur la Côte-Nord a permis de déterminer que la remise à l'eau n'avait pas d'effets sur la reproduction des saumons, le chercheur veut maintenant vérifier si la technique est toujours sans risque lorsque la température de l’eau est plus élevée.

On veut s'assurer que les pratiques de gestion et de conservation qu'on utilise pour s'assurer de la pérennité de l'espèce fonctionnent toujours.

Raphaël Bouchard, candidat à la maîtrise dans le laboratoire de Louis Bernatchez à l'Université Laval

Juste avant de remettre les poissons dans la rivière, Raphaël Bouchard et son stagiaire font une cueillette d'informations à leur sujet.

Ils mesurent la taille des saumons et prélèvent un fragment de leur nageoire adipeuse. Cet échantillon permettra d'identifier l'individu à l'aide de son ADN. « Ces données-là me permettent d'avoir tous les géniteurs potentiels de la rivière Rimouski. », explique-t-il.

Une fois l'opération terminée, les deux scientifiques sensibilisent les pêcheurs à leurs travaux et leur demandent de prélever un échantillon sur les saumons qu'ils capturent avant de les remettre à l'eau.

Les pêcheurs veulent aussi avoir des réponses sur quelles conséquences on peut avoir lors de la remise à l'eau des poissons.

Mathieu Bouchard, pêcheur de saumon

C'est à l'aide des données recueillies par les pêcheurs que Raphaël Bouchard pourra comparer le succès reproducteur des saumons qui ont été mis à l’eau en comparaison avec ceux qui n’ont pas été remis à l’eau.

Le chercheur sera de retour l'an prochain sur la rivière pour échantillonner les alevins, soit les jeunes poissons issus de la reproduction de cet été.

Les résultats de cette étude sur la rivière seront publiés en 2020.

D’après les informations d’Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Science