•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage : l'immobilier canadien influencé par les baby-boomers pendant 5 ans

Une maison à vendre.
Les baby-boomers canadiens consultés en ligne pourraient influencer fortement le marché de l’immobilier dans les cinq prochaines années, selon un sondage de Royal LePage. Photo: Associated Press / Steven Senne

Les baby-boomers canadiens pourraient avoir un poids démographique important dans le marché de l'immobilier durant les cinq prochaines années. C'est ce que révèle un sondage en ligne de la compagnie de services immobiliers, Royal LePage. En effet, plus de 1,4 million de ces Canadiens consultés nés entre 1946 et 1964 compte acheter une nouvelle résidence d'ici 2023.

Royal LePage estime à 17 % le nombre de baby-boomers sondés qui prendront la décision d’acheter une nouvelle résidence durant les cinq prochaines années, et 32 % d'entre eux opteraient pour une copropriété.

Cependant, près de 3 baby-boomers sur 5 interrogés en ligne préféreraient rénover leur résidence actuelle plutôt que d’en acheter une nouvelle.

À la lumière des résultats de cette enquête, Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage, prévoit qu’un nombre important de consommateurs prendra le marché d’assaut dans les prochaines années.

« Ce groupe non négligeable influencera le marché de manière importante au cours des années à venir, puisque 1,4 million d’entre eux vendront leurs biens immobiliers pour s’en procurer d’autres d’ici 2023 », affirme-t-il.

Selon lui, les consommateurs devront quand même être prudents :« Même si une vague de consommateurs plus âgés augmentera la concurrence pour les appartements en copropriété plus particulièrement, ces derniers n’investiront pas dans un seul type de propriété. »

Situation financière enviable

Le sondage révèle aussi que, de façon générale, une grande partie des baby-boomers consultés se trouve en bonne situation financière.

Plus des trois quarts des propriétaires d’une maison ont déjà remboursé la moitié de leur prêt, alors que 61 % en ont déjà remboursé plus de 90 %. De plus, la moitié des baby-boomers propriétaires d’une résidence ont une épargne-retraite liée à l’immobilier à moins de 25 %.

« Les baby-boomers constituent la génération la plus nantie de toute l’histoire du Canada. […] La valeur nette associée à leur résidence s’est révélée être un gage de prospérité. C’est une génération qui attache beaucoup d’importance au fait d’être propriétaire et qui souhaite que ses enfants aient la même chance », ajoute M. Soper.

Méthodologie : 

Un total de 1000 personnes âgées de 54 à 72 ans ont été interrogées, entre le 12 et le 17 juillet 2018, dans le cadre d'un sondage en ligne de la société Léger. Il est impossible de calculer une marge d'erreur sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

Logement inabordable

Royal LePage explique ce nombre important de consommateurs, entre autres, à cause du coût trop élevé des logements dans les grandes villes canadiennes.

Les résultats du sondage démontrent que plus de la moitié des baby-boomers consultés considèrent le marché du logement comme inabordable. Ce chiffre grimpe jusqu'à 78 % et à 63 % chez les répondants de la Colombie-Britannique et de l’Ontario.

Plus du tiers des sondés ont aussi dit être ouverts à l’idée de déménager dans une ville ou une banlieue où les résidences sont plus abordables, à condition de rester à 60 minutes ou moins de leur résidence actuelle.

Une minorité de répondants projettent d’acheter ou d’habiter une résidence secondaire, ou d’habiter dans une autre région pour une partie de l’année. Près d’un quart des baby-boomers interrogés en ligne à l’échelle nationale projettent de séjourner dans un autre pays pendant au moins trois mois durant l’année.

Manitoba

Immobilier