•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente de cannabis près de cégeps : pas un problème, réitère la ministre Charlebois

Des plants de cannabis.
Lucie Charlebois ne s’oppose pas à la vente de cannabis près des cégeps. Photo: La Presse canadienne / Elizabeth Earl/Peninsula Clarion via AP
Radio-Canada

N'en déplaise à son collègue Sébastien Proulx, la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, ne voit pas de problème à ce que la Société québécoise du cannabis (SQDC) ouvre une succursale à proximité de l'Université Laval et de deux cégeps à Québec.

Un texte de Louis Gagné

Elle soutient que l’emplacement choisi par la SQDC est conforme à la Loi sur le cannabis adoptée par l’Assemblée nationale. La Loi interdit la mise en place de points de vente à moins de 250 mètres des écoles primaires et secondaires, mais aucune restriction n’est prévue pour les cégeps et les universités.

« Ils sont dans l'esprit de la Loi. La Société québécoise du cannabis a respecté les limites », a soutenu la ministre, mardi, lors d’une mêlée de presse.

Le point de vente de cannabis sera situé à proximité du Cégep de Sainte-Foy et du Cégep Champlain St. Lawrence. Le fait que des mineurs fréquentent les deux établissements n’inquiète pas Lucie Charlebois.

Quand on est mineurs, on n'est pas supposé d'être à l'intérieur de la boutique de la Société québécoise du cannabis.

Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Santé publique
Photographie d’un espace commercial vacant situé au 2491, chemin Sainte-Foy, à Québec. Le local est situé à côté d’un dépanneur de l'enseigne Couche-Tard.La Société québécoise du cannabis ouvrira une succursale dans ce local situé sur le chemin Sainte-Foy. Photo : Radio-Canada / Rénald Gingras

Contrer le marché noir

La ministre rappelle que l’objectif de la SQDC n’est pas d’encourager la consommation de cannabis, mais d’inciter les consommateurs à se tourner vers un marché légal et réglementé.

« Est-ce qu'on veut que les jeunes achètent du cannabis du marché du crime organisé ou qu'ils achètent du cannabis provenant des boutiques de la société d'État, avec une traçabilité, avec des informations pertinentes et tout? », a-t-elle demandé.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, n’est pas du même avis. Le député de la circonscription de Jean-Talon, dans laquelle se trouvent les deux cégeps et l’Université Laval, croit que la SQDC pourrait choisir un emplacement plus approprié.

« Si vous me posez la question : "Est-ce que vous trouvez que c’est un lieu adéquat?" La réponse, c’est non. À mon avis, c’est trop proche de nos établissements scolaires », a-t-il déclaré lundi.

Lucie Charlebois a indiqué que son collègue était libre de faire connaître ses préoccupations à la Société québécoise du cannabis.

Québec

Politique provinciale