•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La discographie de Félix Leclerc : un p’tit bonheur très dispersé

Dans un studio de télévision, le chanteur
Félix Leclerc, chante en s'accompagnant de
sa guitare devant un micro sur pied
Dans un studio de télévision, le chanteur Félix Leclerc, chante en s'accompagnant de sa guitare. Photo: Radio-Canada
Philippe Rezzonico

Félix Leclerc. Un nom qui est un phare dans l'imaginaire musical québécois. Une œuvre fondatrice de la chanson d'ici. Et aussi un prénom immortalisé avec les trophées remis chaque année au Gala de l'ADISQ.

Trente ans après la disparition de Félix Leclerc, qu’en est-il de l'accessibilité de son répertoire? Dans les jours suivant son décès, le 8 août 1988, tous les disquaires québécois avaient placé les albums de Félix à l’entrée de leur magasin ou préparé des présentoirs contenant exclusivement son œuvre. On revivait, à peine à plus petite échelle, ce que nous avions vécu 11 ans plus tôt, lors du décès d’Elvis Presley.

C’est bien connu, l’amateur de musique est souvent acheteur compulsif. Une image ou un reportage qui ramène le souvenir d’un artiste majeur du passé est souvent l’occasion de replonger dans sa musique.

Je me disais que le trentième anniversaire de la disparition de Félix Leclerc allait être une occasion rêvée pour les disquaires de remettre à l’avant-plan son répertoire. Autant pour les nostalgiques que pour les plus jeunes qui veulent posséder au moins un disque du patriarche de notre chanson.

Attention, je parle ici de l’œuvre gravée par Félix lui-même, pas des albums hommages comme Félix Leclerc 2008 (Tacca, 2008) et Duos Félix (EDC Musique, 2015), enregistrés par ses héritiers ou ses admirateurs. Pas le légendaire concert de 1974 (J’ai vu le loup le renard le lion) avec Gilles Vigneault et Robert Charlebois (GSI Musique, 1975). Ni le formidable boîtier documentaire Heureux qui comme Félix (GSI Musique, 2000), né de dizaines d’heures d’entretiens menés par Monique Giroux avec des documents sonores de Radio-Canada, de l’Office national du film et de Radio-France. Non, je parle de Félix tout seul. Comme un grand. Comme le grand qu’il est.

J’ai donc fait comme si nous étions en 1988 et j’ai visité des magasins (Archambault, Sunrise, Renaud-Bray) de Montréal, de Laval et de la Rive-Nord qui vendent du neuf – pas des magasins qui vendent des disques d’occasion ni des disquaires indépendants –, histoire de voir ce qui était accessible à un large public dans les grandes surfaces.

Philippe Rezzonico

Les employés de ces différentes chaînes de commerce de détail ont pris le temps de vérifier ce qui était – ou pas – dans leurs bases de données et sur leurs livrets de commande.

Notez que la situation est peut-être complètement différente chez les disquaires de Québec, de Sherbrooke, de Rimouski ou d’Alma. N’empêche, les résultats de cette quête pas scientifique pour un sou sont étonnants.

Félix sur vinyle

Cela fait des années que les vinyles sont de retour en force sur le marché, au point que presque tout ce qui a été enregistré depuis 60 ans revoit le jour dans ce grand format physique.

Je m’attendais à (re)trouver L’alouette en colère, Le tour de l’île. Ce genre d’album. Pas du tout.

Pochette de l'album « Félix Leclerc - Mes grands succès » est offert en CD et en disque vinyle.L'album Félix Leclerc - Mes grands succès est sorti en vinyle au printemps. Photo : Courtoisie/Propagande

Le seul vinyle de Félix Leclerc vendu en magasin est Félix Leclerc, mes grands succès (Propagande, 2018), concocté par Martin Duchesne, qui a travaillé avec Disques XXI-21 dans le temps. Paru en format compact en novembre dernier, il a été mis en marché en vinyle en mai. Quinze chansons des années 1950 rematricées avec soin (formidable qualité sonore), dont les essentielles Moi, mes souliers, Bozo, Le P’tit Bonheur, Le Train du Nord, Attends-moi ti-gars, Notre sentier, etc.

Un seul vinyle neuf de Félix Leclerc en format physique – le support sur lequel sa musique a vu le jour – sur le marché en 2018? Il semble bien que oui.

Félix sur disque compact

L’offre n’est guère plus imposante. Outre la compilation mentionnée plus haut, Le p’tit bonheur, compilation simple ou double de 15 ou 32 titres de Philips (2002), Félix Leclerc collection millésimes (Olivi musique, 1997) et The Best of Félix Leclerc (Universal Music, 2006) sont les compilations génériques les plus courantes en magasin.

Ce qui est étonnant, en définitive, c’est de constater ce qui est désormais introuvable. Les compilations Félix Leclerc, Moi mes souliers (2 CD, Chant du monde, 2009) et Félix Leclerc anthologie 40 chansons (2 CD, Disques XXI-21, 2008), la bande originale du film Félix Leclerc pieds nus dans l’aube (2 CD, Universal, 2003) et le concert Félix Nicolet 1964 (Disques XXI-21, 2005) sont portés disparus. Ainsi que plusieurs autres. Même le Master Série européen est introuvable…

On ne parle pas de disques parus en 1958 et en 1962 ici. Il s’agit d’albums que tout le monde pouvait se procurer il y a 10 ou 15 ans. Nous savons tous que la crise du disque a mené à de nombreuses fermetures d’étiquettes au cours des ans, mais il est plus que dommage de voir que certains documents sonores ne sont plus à notre disposition.

Félix sur commande

À l’ère de l’achat en ligne, il importe de voir ce que ces mêmes disquaires offrent sur leurs sites. Cela torpille la notion d’achat impulsif (tu achètes le disque et tu l’écoutes chez toi 30 minutes plus tard), mais au moins, cela permet d’avoir accès à l’œuvre.

Félix semble être mieux servi sur cet aspect quand on parle du survol du répertoire. Ainsi, on peut commander Félix Leclerc, grand bonheur : l’intégrale (Unidisc, 2008), un coffret de 10 albums, ou Félix Leclerc, Je me souviens… (Mercury, 2001), un boîtier de 4 disques venant d’Europe.

Les délais de livraison varient, mais au moins, deux des plus importants coffrets consacrés à la musique de Félix Leclerc sont encore commercialisés. C’est déjà ça de pris. Les compilations génériques, elles, sont sensiblement les mêmes.

Félix en numérique

Étonnamment – et je pèse mes mots –, c’est peut-être en format numérique que l’œuvre est le plus accessible, tant sur Spotify que iTunes. Uniquement sur Spotify, plus d’une soixantaine d’albums sont accessibles.

Philippe Rezzonico
Pochette de l'album de Félix Leclerc, produit par Polydor.Collection 25CM : Félix Leclerc se trouve sur Spotify. Photo : Universal

Généralement, des compilations de tout acabit, ce qui était prévisible. Mais je suis tombé en bas de ma chaise en voyant Félix Leclerc chante ses derniers succès sur disque, la compilation 25 centimètres de Polydor de 1951. Personne n’a songé à rééditer ça en vinyle pour le trentième anniversaire de sa mort?! Un autre bon endroit pour dénicher du Félix en numérique est la section Palmarès du site de l’ADISQ.

Bilan? L’œuvre du poète de l’île d’Orléans, quoique dispersée selon les supports audio, demeure accessible à toutes les générations. N’empêche, je me dis qu’à l’approche du trentième anniversaire du décès du pionnier québécois de la chanson, tant les maisons de disques d’ici et d’ailleurs que les disquaires ont sérieusement raté une belle occasion de mettre son œuvre en lumière.

Musique

Arts