•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le départ des étudiants saoudiens aura un impact à l’Université Laurentienne

Façade de l'Université Laurentienne à Sudbury.

Façade de l'Université Laurentienne à Sudbury

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les étudiants en provenance de l'Arabie saoudite devront quitter le Canada à la suite du conflit diplomatique qui a éclaté entre les deux pays au cours du week-end. Près de 2000 étudiants seront touchés en Ontario, dont 130 à l'Université Laurentienne.

Un texte de Jean-François Morissette

Pour le vice-recteur adjoint à la vie étudiante, gestion des inscriptions et des activités internationales à Université Laurentienne, Chris Mercer, la nouvelle est un choc.

C’est décevant pour eux, parce que les conséquences sont importantes pour leur avenir. Pour nous, même s’ils n'étaient pas beaucoup, ils apportaient beaucoup à notre campus, explique-t-il.

M. Mercer note que ces départs auront un impact au chapitre de la diversité sur le campus de Sudbury.

Un homme devant des ordinateurs.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le vice-recteur associé à la Vie étudiante, gestion des inscriptions et des activités internationales à Université Laurentienne, Chris Mercer.

Photo : Radio-Canada

Chaque année, environ 700 étudiants étrangers fréquentent l’Université Laurentienne.

« Nous ne sommes pas une grande université de 50 000 personnes, nous sommes 9000 à notre campus à Sudbury. Enlever même un groupe de 30 ou 40 personnes, ça va se ressentir pour nous puisqu’ils ajoutent un élément intellectuel dans nos salles de classe. »

— Une citation de  Chris Mercer, vice-recteur adjoint, Université Laurentienne

D’ici les prochains jours, l’Université Laurentienne entrera en contact avec ces étudiants afin de leur offrir du soutien pour la transition. M. Mercer espère que le différend se réglera afin que ces jeunes puissent poursuivre leurs études.

Quelques chiffres :

  • Université York : 115
  • Université de Windsor : 70
  • Université Waterloo : 85
  • Université Laurentienne : 130
  • Ontario : 1900

Une situation à suivre à Ottawa et Hamilton

Plus de 240 étudiants de l’Arabie saoudite sont présentement inscrits à l’Université d’Ottawa, y compris des résidents du programme de médecine.

Par communiqué, une porte-parole de l’établissement indique que l'université va suivre l’évolution de la situation de très près.

Notre principale préoccupation est le bien-être de nos étudiants. Nous analysons présentement l’impact d’un départ potentiel de nos étudiants saoudiens, souligne cette même porte-parole.

Même son de cloche à Hamilton, où près de 200 étudiants saoudiens fréquentent l'Université McMaster. La majorité de ces étudiants sont en médecine ou en résidence en médecine.

Un impact en santé?

En plus de ses étudiants saoudiens dans les autres programmes, l’Université de Toronto a confirmé que 216 résidents en médecine qui étaient formés dans les différents hôpitaux affiliés à l’établissement postsecondaire allaient être touchés par la décision.

Le départ des étudiants saoudiens aura aussi un impact économique en Ontario.

Selon les dernières données disponibles auprès d’Affaires mondiales Canada, les retombées économiques générées par les étudiants étrangers, toutes nationalités confondues, sont évaluées à 15 milliards de dollars annuellement.

Les étudiants saoudiens représentent 3 % des étudiants internationaux en Ontario. Il s’agit du cinquième groupe de ressortissants en importance dans les 20 établissements universitaires financés par la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !