•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième éolienne à la mine Raglan

Une deuxième éolienne a fait son apparition dans le paysage de la mine Raglan, au Nunavik.

Une deuxième éolienne a fait son apparition dans le paysage de la mine Raglan, au Nunavik.

Photo : TUGLIQ Énergie

Radio-Canada

La mine Raglan de Glencore, située au Nunavik, se dote d'une deuxième éolienne d'une hauteur de 90 mètres.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Une première éolienne avait été installée en août 2014.

La coordonnatrice des communications et des relations externes à la mine Raglan, Céliane Dorval, explique pourquoi l'entreprise se dote de ce mode d'énergie.

Mine Raglan n'est pas connectée au réseau hydroélectrique, donc nous, on a l'obligation, de par notre situation géographique, de produire notre propre électricité à partir de combustibles fossiles, ce qui fait en sorte qu'on est dépendant du diesel pour produire notre électricité. Il y a environ 10 ans, on a commencé à se pencher sur des solutions plus vertes pour s'alimenter en électricité, et de là est venue l'idée de l'électricité éolienne, explique Céliane Dorval.

La mine Raglan, au Nunavik.

La mine Raglan, au Nunavik

Photo : mineraglan.ca

Ensemble, les deux éoliennes devraient produire environ 10 % de la consommation énergétique totale de Mine Raglan.

Cela représente une économie annuelle d'environ 4,4 millions de litres de diesel.

Selon la minière, en ce qui concerne le gaz à effet de serre, les deux éoliennes devraient réduire les émissions d'environ 12 000 tonnes, soit l'équivalent du retrait de 2700 véhicules du réseau routier.

Abitibi–Témiscamingue

Énergies renouvelables