•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tornade d'Alonsa : Pallister veut comprendre pourquoi il n'y avait pas de réseau cellulaire

Des bâtisses détruites après le passage d'une tornade au Manitoba.

Environnement Canada a confirmé qu’une tornade avait bel et bien touché terre près d'Alonsa, au Manitoba.

Photo : Courtoisie/Scott Kehler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre manitobain a déclaré, mardi, qu'il cherchait encore à comprendre pourquoi les résidents du secteur d'Alonsa, frappé vendredi par une violente tornade, se trouvaient sans réseau cellulaire alors qu'il y en avait bien un quelques mois plus tôt.

« Je veux savoir ce qu’il s’est passé parce qu’il y avait du service là-bas il y a encore deux ou trois mois », a déclaré Brian Pallister à Winnipeg.

Lundi, Michelle Gazze, une porte-parole de Bell MTS, avait affirmé que l’entreprise avait procédé à des travaux afin d’améliorer la qualité du réseau de téléphonie cellulaire dans le secteur. Elle avait néanmoins précisé que quelques régions où la couverture était déjà limitée ont pu voir leur couverture se réduire davantage.

« Des habitants m’ont dit que le réseau s’était détérioré, voire avait disparu, au cours des dernières semaines. Je veux comprendre comment cela a pu arriver, pourquoi il y avait un meilleur service auparavant par rapport à maintenant », a ajouté le premier ministre.

Prudent avec les compagnies de téléphonie

Brian Pallister ne s’est cependant pas engagé à demander aux entreprises de téléphonie de fournir un service cellulaire constant et fiable dans les zones faiblement peuplées de la province, arguant que ces entreprises sont déjà très sollicitées pour fournir un meilleur service.

« Ne soyons pas naïfs, on n’obtiendra pas une couverture à 100 % du système d’alerte par message sur téléphone cellulaire partout dans la province. C’est vraiment trop grand et pas assez peuplé dans certaines zones pour que ce soit réaliste. »

Trop tôt pour appeler l’armée

Le premier ministre a par ailleurs affirmé que l’évaluation de l’étendue des dégâts était encore en cours et qu’il était trop tôt pour faire appel à l’armée. « Nos équipes ont l’habitude de gérer des inondations, des incendies, des tornades aussi. Elles travaillent vite et bien », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, contactée par Radio-Canada, la Croix-Rouge canadienne a indiqué avoir proposé son aide à la municipalité rurale d’Alonsa, mais que celle-ci n’a pas encore fait appel à ses services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !