•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combattre les AVC un kilomètre à la fois

Christian Darrosé est de passage à Moncton, lundi, avec sa Citroën Trèfle 1923.
Christian Darrosé est de passage à Moncton, mardi, avec sa Citroën Trèfle 1923. Photo: Radio-Canada / Annie Desjardins
Radio-Canada

Un Français roule à travers le Canada pour sensibiliser la population aux risques liés aux accidents vasculaires cérébraux (AVC). Après avoir visité des dizaines de villes dans l'Ouest canadien, Christian Darrosé est de passage à Moncton, mardi, avec sa Citroën Trèfle 1923.

Monsieur Darrosé a perdu sa mère quand il n'avait que 22 ans, puis ce fut le tour de son frère, il y a quatre ans. Les deux membres de sa famille ont succombé à un AVC.

Selon le Français de la région de Bordeaux, il y a un sérieux manque d’informations en ce qui concerne les signes et les risques de cette défaillance de la circulation sanguine.

Mon rêve, c’est que tout le monde puisse reconnaître les signes annonciateurs d’un AVC.

Christian Darrosé

En juin dernier, un garçon de 8 ans a sauvé son père d’un AVC grâce à un atelier qu’il avait reçu à l’école cinq jours avant l’incident.

Les signes avant-coureurs d’un AVC

  • Engourdissement soudain, même temporaire, du visage, d'un bras ou d'une jambe
  • Perte soudaine de force
  • Trouble de la parole ou de la vision
  • Mal de tête soudain, intense et inhabituel
  • Perte soudaine de l'équilibre (surtout si elle est accompagnée des autres signes)

Christian Darrosé a d'abord parcouru une partie de la France pour sensibiliser la population en 2017. Il a ensuite traversé l'océan Atlantique, le 8 juin dernier, afin de visiter 68 villes canadiennes.

Christian Darrosé souhaite faire connaître les signes avant-coureurs d'un AVC. Christian Darrosé souhaite faire connaître les signes avant-coureurs d'un AVC. Photo : Gracieuseté Christian Darrosé

Sillonner le pays à l’ancienne pour attirer l’attention

Ce n'est pas toujours facile de voyager avec un véhicule des années 1920, constate le passionné de voitures anciennes.

Le matin, je ne sais pas si je vais me rendre à l’arrivée , affirme-t-il, tout sourire.

La voiture ne peut rouler qu’à un maximum de 60 km/h, n'est pas équipée d'essuie-glaces et est dotée d’un système de démarrage à manivelle.

La voiture est dotée d’un système de démarrage à manivelle.La voiture est dotée d’un système de démarrage à manivelle. Photo : Radio-Canada / Annie Desjardins

Malgré ces inconvénients, la voiture suscite la curiosité. Il s’agit d’un moyen efficace d’attirer l’attention sur sa cause, estime M. Darrosé.

Il y a plusieurs personnes qui m’ont dit qu’ils avaient vu ma voiture passer à la télévision ou sur Internet depuis le début de mon voyage au Canada, explique le Français.

Christian Darrosé visitera dans les prochains jours l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse, puis il terminera son périple le 24 août prochain dans la ville de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Nouveau-Brunswick

Santé