•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La trompe, un véritable détecteur de nourriture

Un éléphant mange de l'herbe.
Un éléphant d'Afrique mange de l'herbe. Photo: iStock
Radio-Canada

La trompe permet à l'éléphant de sentir à d'importantes distances les odeurs que les plantes émettent, ce qui lui permet parfois de choisir ce qu'il veut manger, affirment des zoologistes sud-africains.

Un texte d'Alain Labelle

Le recours au sens de l’odorat est méconnu chez les mammifères herbivores, même s’il est établi que les plantes émettent des odeurs qui peuvent refléter leur identité et leurs propriétés chimiques.

On savait aussi que la trompe servait de véritable couteau suisse à l’éléphant. Non seulement elle lui permet de respirer, de manger et de boire, mais elle lui permet aussi de communiquer, de toucher et de soulever des objets.

Une étude menée par la chercheuse Melissa Schmitt et ses collègues de l’Université de KwaZulu-Natal révèle donc que les pachydermes reniflent les odeurs de la nourriture qui se trouve à d'importantes distances, ce qui leur permet de choisir leurs options alimentaires.

Les scientifiques savent depuis longtemps que les éléphants et autres herbivores utilisent la vue pour trouver leurs repas, mais Mme Schmitt et son équipe ont voulu savoir s’ils utilisaient aussi leur prolongement nasal dans le même but.

Pour en avoir la certitude, les zoologistes ont recueilli 11 des plantes que les éléphants d'Afrique (Loxodonta africana) mangent régulièrement, six dont ils sont friands et cinq qui ne sont pas aussi attrayantes pour leurs papilles gustatives.

Dans une première expérience, les éléphants ont dû utiliser leur odorat pour choisir entre deux petits échantillons de plantes dissimulés dans des bacs en plastique.

Les éléphants avaient tendance à choisir des plantes qu’ils préféraient lorsque l'autre option était une espèce moins aimée. Toutefois, ils avaient plus de mal à choisir si les plantes étaient tous deux aimées ou pas aimées.

Dans une deuxième expérience, les pachydermes ont été placés dans un labyrinthe en forme de Y, avec une plante différente à chaque extrémité de deux bras de 7 mètres de long.

Les bêtes ont toujours choisi leur plante préférée plutôt qu’une autre moins appréciée.

Une stratégie de l’odorat

La capacité de différencier les odeurs de plantes a donc permis aux éléphants de réduire leur temps de recherche en ciblant les espèces de plantes qu’ils préféraient. Cela laisse à penser que des indices olfactifs jouent probablement un rôle important dans la recherche de nourriture chez les herbivores.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Animal Behavior (Nouvelle fenêtre).

Zoologie

Science