•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • 1993 : un été sous le signe de la désobéissance civile pour la forêt de Clayoquot Sound

    Paysage de forêt dense à travers montagnes et vallons.

    Forêt ancienne de Clayoquot Sound, sur l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Il y a 25 ans, la côte ouest de l'île de Vancouver devenait le théâtre de manifestations environnementalistes. Les défenseurs de la forêt de Clayoquot Sound affrontaient les forestiers, soutenus par le gouvernement de la Colombie-Britannique. Retour en archives sur la plus grande mobilisation pacifique de désobéissance civile de l'histoire du Canada.

    Au large de Tofino, sur l'île de Vancouver, la forêt luxuriante de Clayoquot Sound offre un paysage majestueux. L'âge moyen de ses arbres géants oscille entre 600 et 1000 ans.

    Au fil du temps, nombreux ont voulu préserver cette forêt ancienne, à commencer par la nation autochtone de Nuu-chah-nulth, qui la considère comme sacrée.

    Téléjournal, 13 avril 1993

    Le 13 avril 1993, le gouvernement de la Colombie-Britannique tranche, mettant fin à un débat qui s’étire depuis près d’une décennie.

    Au Téléjournal, le présentateur Bernard Derome annonce un « compromis à la Salomon ». Le tiers du territoire sera protégé à tout jamais, mais l’exploitation forestière sera permise sur 100 000 hectares, suivant de nouvelles règles de coupe plus sévères.

    Dans son reportage, la journaliste Ghislaine Bouffard résume bien la conciliation difficile entre les deux parties.

    Pour l'économie de la province, c'est une récolte potentielle de 180 millions de dollars par année. Pour les environnementalistes, c'est une richesse naturelle qui n'a pas de prix.

    Ghislaine Bouffard

    La Première Nation de Nuu-chah-nulth n’a pas été consultée dans cette décision du gouvernement britanno-colombien.

    Tous sont mécontents. Une mobilisation se met en place pour la bataille de Clayoquot.

    Ce soir, 6 juillet 1993

    Des manifestants environnementalistes établissent un camp de la paix à Clayoquot Sound. Dès l’aube, ils s'y rassemblent afin de barrer le passage aux travailleurs de l’industrie forestière.

    Le journaliste Jean-Marc Caron se rend sur les lieux pour le bulletin de nouvelles Ce soir. Le 6 juillet 1993, il rend compte des premières arrestations.

    Dès le départ, les manifestants ont convenu de faire barricade en suivant les préceptes de désobéissance civile de Gandhi. Et comme prévu, ils se laissent arrêter sans aucune résistance par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

    On avoue à peine à mots couverts que cette mise en scène est soigneusement orchestrée pour les caméras de la télévision.

    Jean-Marc Caron

    La manifestation atteint un sommet le 9 août 1993 quand la GRC procède à 250 arrestations. De juillet à octobre, 900 manifestants seront appréhendés et accusés de désobéissance civile.

    Toutes ces interventions donnent de la visibilité à la cause environnementale de Clayoquot Sound et captent l’attention internationale.

    Téléjournal, 14 août 1993

    L’affrontement pacifique entre environnementalistes et forestiers se transforme peu à peu en campagne de relations publiques.

    Le groupe australien Midnight Oil fait le voyage pour offrir un concert au campement des manifestants. Le lobbyiste américain Robert Kennedy Jr. rencontre pour sa part des représentants autochtones. D’autres personnalités connues viennent aussi gonfler les rangs des manifestants.

    Comme en témoigne Ghislaine Bouffard au Téléjournal du 14 août 1993, la pression internationale est forte. L’industrie forestière tente de se mobiliser. Plus de 2000 travailleurs du bois se déplacent à Clayoquot Sound pour soutenir leurs confrères.

    À l’international, la bataille de relations publiques est gagnée par les défenseurs de la forêt de Clayoquot Sound. Quatre journaux allemands et l’usine de papier Scott annuleront leurs contrats avec les forestières impliquées.

    En mars 1994, le gouvernement de Colombie-Britannique signe une entente historique de cogestion de la forêt avec la Première Nation de Nuu-chah-nulth. Les Autochtones se portent garants d’un équilibre entre préservation et exploitation de la forêt centenaire.

    En janvier 2000, la région de Clayoquot Sound a été désignée réserve de la biosphère de l'UNESCO, mais cela ne garantit pas pour autant sa protection.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement