•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un logiciel pour diminuer la charge de travail des infirmières

Une infirmière prend le pouls d'une femme.

Un logiciel pourrait permettre de mieux gérer la charge de travail des infirmières. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Une entreprise belge croit avoir trouvé une solution pour diminuer la charge de travail des infirmières dans les hôpitaux de la province.

Un texte de Jean-Marc Belzile

Opal Solutions a créé un logiciel nommé Careboard.

Il calcule notamment la charge de travail en temps réel, en comparant le nombre de patients et les effectifs disponibles.

Le logiciel permet aussi de connaître le degré de fatigue des infirmiers et des infirmières qui travaillent sur le terrain.

Les infirmières et les infirmiers doivent, trois fois par jour, préciser comment ils se sentent. Ils cochent vert pour une situation normale, orange quand la charge se fait lourde et rouge quand la situation devient insoutenable.

Voici à quoi ressemble l'interface de Careboard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Voici à quoi ressemble l'interface de Careboard.

Photo : gracieuseté

Ces données sont ensuite envoyées aux membres de la direction, qui prennent des décisions en conséquence.

Careboard a fait ses preuves au cours des 18 derniers mois à l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, en Belgique.

La directrice du département infirmier, Carine Lambeau, assure que cet outil est maintenant essentiel à son travail.

Il permet de mieux répartir les effectifs infirmiers.

Nous avons maintenant des indicateurs qui nous permettent de nous dire "cette unité, elle est prioritaire sur une autre", donc on peut avoir une intervention plus ciblée sur cette unité avec, évidemment, les limites de nos moyens.

Carine Lambeau, directrice du département infirmier

Mme Lambeau affirme que le logiciel est apprécié tant par la direction que par les employés.

J'arrive le matin, j'ouvre le Careboard et je vois tout de suite quelle est l'ambiance globale dans l'hôpital, ça donne une idée du pouls de l'hôpital. Le fait de pouvoir demander aux infirmières de donner leur avis sur la charge de travail à chaque quart de travail et de pouvoir ajouter des commentaires, moi je trouve que c'est important, c'est respectueux du personnel sur le terrain et on est à l'écoute, même si on ne sait pas toujours donner les réponses adéquates, raconte-t-elle.

Le fait de savoir en temps réel comment se sentent les infirmiers et les infirmières a changé les choses, selon l'un des fondateurs du logiciel, Xavier Rouby.

On a vu vraiment un système d'entraide se mettre en place entre les différentes unités de soins, et ç'a vraiment permis d'avoir une meilleure communication entre les gens sur le terrain et le personnel de direction de l'hôpital, indique-t-il.

Xavier Rouby, l'un des créateurs du logiciel Careboard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Xavier Rouby, l'un des créateurs du logiciel Careboard

Photo : gracieuseté

Applicable chez nous?

En Abitibi-Témiscamingue, le président de la Fédération interprofessionnelle de la santé, Michael Bouchard, croit qu'il pourrait être intéressant d'utiliser ce type de logiciel.

L'enjeu, c'est de savoir, une fois qu'on sait tout ça, on fait quoi? On met quoi en place? On peut observer, c'est correct, mais il faut aussi se mettre en action ensuite. Je pense que c'est un bel outil pour aller chercher de l'information sur le terrain, mais ensuite ce sera vraiment important que l'employeur prenne les mesures nécessaires pour corriger la situation, fait-il valoir.

Comme le Québec, la Belgique vit actuellement une grave pénurie d'infirmières. Tout comme dans la région, certaines décident aussi d'abandonner le métier.

La directrice du département infirmier de l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles, Carine Lambeau, assure être en constant recrutement.

On est tous dans la même situation, nous recrutons des infirmières au Liban, au Portugal, en Espagne.

Carine Lambeau, directrice du département infirmier

Les fondateurs du logiciel disent maintenant viser le marché international.

Ils souhaitent d'abord s'implanter en France, au Luxembourg et au Québec.

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé