•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir perdu son frère, il veut aider les réfugiés syriens

Abdulnaser Alkhatib porte son fils Jamal dans ses bras.
Abdulnaser Alkhatib et son fils Jamal sont des réfugiés syriens en Jordanie. Photo: Famille Alkhatib

Après la mort de son frère, au Japon, Zach Campbell et sa famille ont reçu plusieurs dons pour payer le rapatriement du corps de ce dernier au Canada. Mais, selon Zach, son frère, Jeremy, aurait préféré que cet argent serve à quelque chose de positif. Il collecte donc des fonds pour aider une famille syrienne à s'installer à Regina.

En partenariat avec le Comité luthérien pour les réfugiés de Regina, la famille recueille les dons pour qu’Abdulnaser Alkhatib, son épouse et leurs deux enfants puissent s'installer en Saskatchewan.

Tout l’argent reçu va à la Fondation pour les réfugiés de l’Église luthérienne Saint-Mark, qui le consacrera au Programme de parrainage privé de réfugiés.

Une famille séparée

Plusieurs membres de la famille d'Abdulnaser Alkhatib sont arrivés au Canada il y a deux ans, dont son frère, Qussai Alkhatib.

Ce dernier, sa femme et leurs trois enfants ont fui la Syrie en 2013 pour se rendre en Jordanie, un pays relativement plus sécuritaire.

Qussai Alkhatib raconte qu’ils ont été pris au piège des conditions de travail du pays. « Nous ne pouvions pas travailler comme nous travaillions normalement. On travaille longtemps pour rien », se souvient-il. « En Jordanie et dans mon pays, il n’y a pas d'avenir pour mes enfants. »

Sa famille a fait partie de la vague des 25 000 réfugiés syriens admis au Canada grâce au parrainage du gouvernement. Son frère, sa sœur et sa mère l’ont rejoint quelque temps après à Regina.

La soeur et la mère d'Abdulnaser Alkhatib, Lourdi et Fatima, à côté d'une citrouille. La soeur et la mère d'Abdulnaser Alkhatib, Lourdi et Fatima, habitent à Regina. Photo : Famille Alkhatib

La famille s’adapte à la vie canadienne et apprend l’anglais. Mais il manque Abdulnaser, qui reste en Jordanie avec sa femme et ses deux enfants.

« Nous pensons toujours à mon frère, parce qu’il est tout seul en Jordanie », raconte Qussai.

Il croit que la famille Campbell pourra permettre à la famille divisée d'être réunie, une possibilité que le réjouit.

Nous serions contents, toute la famille.

Qussai Alkhatib, frère d’Abdulnaser Alkhatib

Jusqu’à présent, les Campbell ont récolté 16 500 $ et leur objectif est fixé à 23 000 $. Un parrainage privé complet coûterait 33 000 $ et les Églises luthériennes de Regina espèrent recevoir ce qu’il manque pour réunir la famille.

Les deux jeunes hommes sont bras dessus, bras dessous, assis sur l'herbe dans un parc.Jeremy Campbell (gauche) et son frère Zach (droite). Photo : Zach Campbell

« Je sais seulement que Jeremy aurait été très fier de tout cela et que la façon de lui rendre hommage est de donner une nouvelle chance à une autre famille », explique son frère Zach.

Saskatchewan

Société