•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce une grappe industrielle pour le secteur de la construction

Des grues sur un chantier de construction de Montréal.

Le gouvernement du Québec veut encourager le développement du secteur de la construction en facilitant la création d'une grappe industrielle pour ce pan de l'économie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Québec débloquera une somme de 1,4 million de dollars sur cinq ans pour favoriser la création d'une grappe industrielle rassemblant les principaux acteurs du secteur de la construction.

L'annonce, effectuée lundi matin à l'École de technologie supérieure, dans la circonscription de la ministre de l'Économie Dominique Anglade, survient après deux ans de démarches en vue de la création de la grappe en question.

On veut s'assurer qu'on puisse bâtir l'avenir avec [le] secteur [de la construction], a ainsi déclaré la ministre lors d'une allocution devant un parterre de gens du milieu. Selon Mme Anglade, d'ailleurs, l'économie du Québec se porte mieux en raison de la création de différentes grappes industrielles.

Celles-ci permettent de concentrer les efforts des acteurs des différents secteurs de l'économie pour maximiser la productivité et encourager l'innovation.

Toujours au dire de la ministre Anglade, des chantiers de réfection, c'est-à-dire des consultations, seront organisées à Québec et à Montréal dès cet automne, et rassembleront « plus de 400 parties prenantes » de l'industrie.

La grappe, elle, doit voir officiellement le jour en janvier prochain.

Virage numérique, formation de la main-d'oeuvre, allégement réglementaire... autant de dossier sur lesquels le gouvernement souhaite se pencher en compagnie des acteurs du milieu, a poursuivi Mme Anglade.

Pour sa part, Benjamin Laplatte, vice-président aux affaires publiques et aux communications du Conseil du patronat du Québec (CPQ), a assuré que son organisation participerait aux activités prévues cet automne, tout comme le CPQ a déjà collaboré aux échanges en cours depuis deux ans dans ce dossier.

Aux yeux de M. Laplatte, le secteur de la construction représente un pan important de l'économie québécoise, mais un écosystème majoritairement composé d'entreprises de petite taille.

La construction représente des retombées colossales de l'ordre de 22 milliards de dollars par année et représente plus de 260 000 emplois.

Une citation de : Benjamin Laplatte, vice-président aux affaires publiques et aux communications du Conseil du patronat du Québec

Ce secteur économique serait le quatrième en importance au Québec, a-t-il ajouté.

Néanmoins, les défis sont nombreux, a poursuivi le représentant du CPQ, qu'il s'agisse de numérisation des technologies, de la préfabrication ou encore de la demande pour des bâtiments verts ou « intelligents ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !