•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les feux de forêt sont un résultat direct du changement climatique, selon certains experts

La fumée du feu vue du ciel.
Le feu Parry Sound 33 en Ontario, le 18 juillet 2018 Photo: La Presse canadienne / Dan Leonard
Radio-Canada

Cent vingt-sept feux de forêt font rage en Ontario, selon le ministère des Richesses naturelles et des Forêts. Or, des experts affirment que des feux de forêt comme ceux qui brûlent présentement peuvent avoir un impact à long terme sur l'environnement.

Un texte de Floriane Bonneville et de Mathieu Grégoire

Ces mêmes experts dénotent aussi que la température de plus en plus élevée et sèche fait en sorte que ces brasiers sont de plus en plus monnaie courante.

Nous assistons à la manifestation tangible du changement climatique, dit Blair Feltmate, le directeur du Centre d’adaptation climatique à l’Université de Waterloo.

La situation est sérieuse, et elle deviendra encore pire avec le temps.

Blair Feltmate, directeur du Centre d'adaptation climatique de l'Université de Waterloo

Des feux de forêt importants comme Parry Sound 33, qui brûle depuis le 18 juillet, peuvent potentiellement brûler toute la végétation et ne laisser que des cendres et de la roche, dit un autre expert.

Selon moi, ce qui est en train d’arriver (avec Parry Sound 33), c’est qu’un feu intense comme celui-ci brûle presque tout signe de vie sur certains secteurs, explique Merritt Turetsky, une professeure des écosystèmes à l'Université de Waterloo.

Ces feux prennent vie dans des endroits riches en tourbe et autour des arbres… donc, plus rien ne tient les arbres en place lorsqu’un grand coup de vent survient, dit-elle. La professeure ajoute que ces souches fragiles constituent un danger subséquent pour les résidents qui reprennent leurs activités sur ces sites dévastés.

La manière dont ces feux brûlent le sol a aussi changé dans les dernières années, dit la Pre Turetsky, ajoutant que par le passé les brasiers laissaient de petites plaques de végétation intactes.

Maintenant, lorsque nous allons constater l’état des dégâts, c’est comme si nous marchions sur la lune, et c’est une tout autre histoire que d’essayer de raviver la végétation par la suite.

Merritt Turetsky, professeure et écologiste des écosystèmes à l'Université de Waterloo

Un sol gravement brûlé peut aussi entraîner l’érosion du sol, ce qui amène de plus amples problèmes dans le futur selon M. Feltmate.

Ces feux augmentent le nombre de particules dans la fumée, et du coup posent un grand risque pour la santé tout en haussant la quantité de carbone relâchée dans l’atmosphère.

Blair Feltmate, directeur du Centre d’adaptation climatique à l’Université de Waterloo

Les brasiers qui ravagent les forêts pourraient aussi avoir un effet sur l’eau potable si ces matériaux se rendent dans les nappes phréatiques, selon un groupe de chercheurs de l’Alberta qui étudie ces problèmes.

Tous les feux de forêt n’ont pas un effet sur l’eau potable, mais il faut garder l'oeil ouvert sur ce problème potentiel, dit Monica Emelko, qui fait partie du groupe albertain de chercheurs Southern Rockies Watershed Project.

Les feux de forêt perturbent aussi les habitats naturels de multiples espèces animales. Lorsque les flammes consument des arbres jusqu'à leur cime, le couvert forestier se détruit. Le caribou est particulièrement vulnérable dans de telles conditions et cherchera forcément une nouvelle forêt, souligne Domique Gravel de la chaire de recherche en écologie intégrative de l'Université de Sherbrooke.

Même partielle, la destruction d'une forêt par le feu peut bouleverser toute la faune qui s'y trouvait, soutient le chercheur.

Ça morcelle le paysage, ça fait des fragments, et des fois ces fragments deviennent de taille trop petite pour qu'il y ait une population qui soit viable et ils vont devoir se déplacer sur des grandes distances ou il va y avoir des échecs de reproduction.

Dominique Gravel, titulaire de la Chaire de recherche en écologie intégrative à l'Université de Sherbrooke

M. Gravel souligne par ailleurs la résilience de certaines espèces qui réussissent malgré tout à s'adapter à leur habitat après le passage d'un feu.

Changements climatiques

Environnement