•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des touristes à vélo prennent d'assaut le Bas-Saint-Laurent

Une halte à Saint-Paul-de-la-Croix, sur la route du Grand Tour Desjardins
Une halte à Saint-Paul-de-la-Croix, sur la route du Grand Tour Desjardins. Photo: Radio-Canada / Samuel Ranger
Radio-Canada

Le 25e Grand Tour Desjardins se tient au Bas-Saint-Laurent cette année. Et les quelques 1600 cyclistes participants ne sont pas les seuls à emprunter les routes de la région cet été. Ils sont de plus en plus nombreux à opter pour le vélo pour découvrir l'Est-du-Québec, et l'industrie touristique adapte son offre en conséquence.

La plupart des participants au Grand Tour vont parcourir un tracé de plus de 900 kilomètres qui les mènera de La Pocatière à Grand-Métis.

Évidemment, on voulait revenir dans nos régions chouchou. Je vous dirais que le Bas-du-Fleuve, c'est vraiment une région qu'on affectionne tout particulièrement, affirme Joëlle Sévigny, directrice générale des événements et des voyages chez Vélo Québec.

Petite halte cycliste avant de reprendre la route du Grand TourPetite halte avant de reprendre la route du Grand Tour Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Les paysages sont magnifiques. On roule près du fleuve... Près du fleuve, ça peut être plat. On va dans l'arrière-pays, ça peut être un peu plus vallonné, parfois côteux.

Joëlle Sévigny. directrice générale des événements et des voyages, Vélo Québec

Manon Boily a apprécié la vue : La vue! On a commencé par La Pocatière, le long du fleuve. On s'est mis les pieds dans l'eau à la fin de la journée. Ça a été extraordinaire.

De son côté, François Gélinas a fait du cyclotourisme en Europe, en Ontario, aux États-Unis mais aussure que le Bas-du-Fleuve, c'est une région spéciale.

Plusieurs participants au Grand Tour assurent que le vélo est le moyen de transport idéal pour découvrir un nouveau coin de pays.

Un d'entre eux, Richard Bailey, explique ce qui lui plaît dans le cyclotourisme. J'ai le temps d'arrêter. J'ai le temps d'examiner des détails. Je peux prendre une photo. On sent, on entend les sons. On vit les choses autrement.

Le cyclotourisme permet d'apprécier les paysages et les haltes.Le cyclotourisme permet d'apprécier les paysages et les haltes. Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

C'est comme si on découvrait un autre monde. C'est vraiment pas pareil.

Richard Bailey, participant, Grand Tour

D'ailleurs, le cyclotourisme gagne de plus en plus d'adeptes, selon Vélo Québec.

Le Bas-Saint-Laurent s'impose comme une région idéale pour le cyclotourismeLes participants ont pris un temps d'arrêt à Saint-Paul-de-la-Croix, près de Rivière-du-Loup. Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Voir moins, voir mieux. Et c'est vraiment ce que propose le cyclotourisme. C'est de voir le monde à la bonne vitesse.

Joëlle Sévigny, directrice générale des événements et des voyages, Vélo Québec

De plus en plus de gîtes, d'hôtels et de campings se montrent accueillants envers les cyclistes avec l'initiative Bienvenue Cyclistes. Ces établissements offrent des pompes à vélo, des outils et des endroits où verrouiller leur monture.

Selon madame Sévigny, cette offre d'hébergement est favorable au cyclotourisme.

D'après le reportage de Marie-Christine Rioux

Bas-Saint-Laurent

Cyclisme