•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comédien Albert Millaire s'est éteint

Le reportage de Maxence Bilodeau

Le comédien Albert Millaire est mort mercredi après-midi à 83 ans, a confirmé l'agence d'artistes Premier Rôle. Homme de télévision et de cinéma, mais surtout de théâtre, il aura marqué le paysage artistique pendant des décennies, incarnant avec brio de nombreux rôles du répertoire classique.

Il s’est éteint « paisiblement, à la maison, entouré de ses proches », précise son agence.

« Son charisme, sa forte personnalité, sa voix inoubliable, son intégrité, son implication dans toutes les sphères artistiques resteront dans la mémoire de tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer », souligne l'agence Premier Rôle.

La date des funérailles sera communiquée ultérieurement. Un hommage lui sera rendu au Théâtre du Nouveau Monde (TNM), dont il a été une figure marquante.

Les hommages n'ont pas tardé pour souligner le talent de celui qui a incarné avec conviction des personnages emblématiques – historiques et fictifs – comme Pierre Le Moyne d'Iberville ou Cyrano de Bergerac.

« Il avait cette présence, cette voix qui va rester gravée dans nos mémoires longtemps, a résumé la directrice artistique et générale du TNM, Lorraine Pintal, en entrevue à 24/60. J’ai toujours dit que c’était lui l’incarnation de l’acteur. »

Elle garde le souvenir d'un acteur exceptionnel, sensible, d'une grande vivacité intellectuelle et qui « défendait la langue française comme pas un ». Il tenait le public en haut respect, et celui-ci lui rendait bien, dit-elle.

« Ce que j’ai vu de la réaction du public quand il était sur scène au TNM, c’est une histoire d’amour réelle, une admiration », signale Lorraine Pintal. Dans Les Sorcières de Salem, pièce dans laquelle elle l'a dirigé, « il volait littéralement le spectacle », ajoute-t-elle. Mais c’était un homme de troupe, souligne-t-elle.

Sur les ondes de RDI, le metteur en scène Serge Denoncourt a exprimé sa tristesse face au départ d'un ami et d'un « grand acteur » qui a fait figure de pionnier, notamment avec Gabriel Gascon, disparu lui aussi cette année. « C’est une partie de notre histoire du théâtre, de notre histoire culturelle du Québec qui disparaît », a-t-il déploré.

C’est un grand personnage qui disparaît, un personnage plus grand que nature, l’acteur parmi les acteurs. Il en était convaincu lui-même.

Serge Denoncourt, metteur en scène

« Dans les années 50-60, Albert, c’était le dieu du stade. Tout le monde voulait avoir Albert Millaire », rappelle Serge Denoncourt. Mais l'avènement du joual au théâtre a été « un grand choc pour lui », ajoute-t-il.

Le retour d'œuvres classiques mises en scène par une nouvelle génération de metteurs en scène, même s'il a dans un premier temps douté de leur capacité à relever ce défi, lui a permis de « se rattraper », estime Serge Denoncourt.

Mais Albert Millaire a peut-être éprouvé de l'« amertume » d’avoir moins travaillé ces dernières années, croit-il.

La comédienne Françoise Faucher pleure la mort d'un « très, très, très grand comédien » qui fut pour elle un ami.

« C’était merveilleux, de sentir cette vie tellement puissante qui animait Albert quand il était question de théâtre », dit-elle d'un homme qui était passionné par son métier, mais aussi par la vie et par l'amitié.

« Si quelqu’un s’en va avec panache, c’est bien Albert, comme Cyrano », dit-elle, faisant un clin d'œil à la sortie de scène du personnage mythique qu'il a incarné.

Louise Turcot donnant la réplique à Albert Millaire, dans leurs rôles de Roxane et de Cyrano de Bergerac (1984)Louise Turcot donnant la réplique à Albert Millaire, dans leurs rôles de Roxane et de Cyrano de Bergerac (1984) Photo : Radio-Canada

La comédienne et metteuse en scène Marie-Thérèse Fortin s'est pour sa part dite « bouleversée » par la mort de « M. Théâtre », qui l'a déjà dirigée.

« Quand on jouait avec Albert Millaire et qu’il vissait ses yeux dans les vôtres, on sentait bien toute l’expérience de l’homme. Il connaissait la chanson et il la chantait très bien », dit celle qui, plus récemment, a joué avec lui dans Mémoires vives.

Il faisait partie des précurseurs qui ont beaucoup fait pour la culture en créant de grandes compagnies de théâtre, estime-t-elle.

Gabriel Gascon, Jean-Louis Roux, Janine Sutto, Albert Millaire : ils ont tout joué, ils ont tout fait. Ils ont vraiment implanté au Québec la pratique théâtrale, le jeu du comédien, tant à la télé qu’au théâtre. C’est grâce à eux, je pense, qu’il y a un tel goût du public québécois pour le théâtre, mais aussi pour la télévision.

Marie-Thérèse Fortin, comédienne et metteuse en scène

En entrevue à RDI, l'actrice Louise Marleau, qui a joué aux côtés d'Albert Millaire dans des téléthéâtres, puis plus récemment dans la pièce Cher menteur, souligne son grand talent.

C’était un immense acteur qui aurait pu faire carrière n’importe où dans le monde.

Louise Marleau, actrice

Elle se souvient aussi d'un homme qui aimait recevoir et festoyer. « On pouvait l’appeler à n’importe quelle heure pour dire ''j’arrive'' et il aurait eu un repas prêt. C’était vraiment un homme de fête… avec un sale caractère! », lance-t-elle, ajoutant que c'était aussi un « grand charmeur ».

La classe politique s'est rapidement tournée vers Twitter pour rendre hommage à ce grand acteur.

« Un grand du théâtre et du cinéma nous quitte aujourd’hui, a réagi le premier ministre Philippe Couillard. Merci, Albert Millaire, pour les moments et les émotions que vous nous avez fait vivre. »

La ministre québécoise de la Culture, Marie Montpetit, a salué un « grand homme de théâtre ». « Un charisme unique, le théâtre et le jeu comme véritable vocation, Albert Millaire nous a fait don de son talent exceptionnel durant plus de 60 ans », a-t-elle écrit sur Twitter.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a lui aussi regretté le départ d'un « grand comédien québécois ...] qui a marqué le Québec par ses nombreuses performances au théâtre et à la télévision pendant une soixantaine d'années ».

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a écrit avoir appris avec « beaucoup de tristesse le décès du grand acteur et metteur en scène Albert Millaire », se souvenant d'une « voix profonde et si riche » qui manquera au Québec.

La ministre de la Francophonie, Mélanie Joly, s'est dite triste d'apprendre le décès d'un « grand comédien et metteur en scène qui a fait rayonner la culture québécoise et la langue française ».

« La Ville de Montréal perd un Grand Montréalais qui aura fait rayonner la scène culturelle québécoise ici et partout ailleurs », a quant a elle déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Une enfance qui ne le destinait pas à la scène

Né le 18 janvier 1935 dans le quartier de Ville-Émard, dans le sud-ouest de Montréal, Albert Millaire a été élevé par sa mère après la mort de son père alors qu'il n'avait que 11 mois.

« C'est évident que dès que ma mère a pu me laisser seul, elle est partie travailler, et moi, eh bien, je m'arrangeais », confie-t-il lors d'un entretien accordé à l'émission Montréal ce soir, diffusé en mai 1990.

L'acteur a grandi dans la pauvreté, mais pas dans l'indigence, dit-il dans la même entrevue.

Dans un quartier où les jeunes quittaient habituellement l'école après la septième année pour aller travailler, à moins de passer dans le quartier limitrophe de Saint-Henri pour suivre des cours plus avancés, Albert Millaire a eu la chance de suivre un cours classique.

Laissant tomber l'idée d'entrer dans les ordres, il a opté pour le théâtre, entrant au Conservatoire d'art dramatique du Québec.

Il a fait ses débuts sur les planches en 1956 et consacrera toute sa vie au théâtre.

Briller parmi les grands

Albert Millaire. Albert Millaire a été récompensé pour son interprétation dans un rôle de soutien dans la pièce « Oreste: The Reality Show », de Luce Pelletier et de Serge Denoncourt, lors de la Soirée des Masques en 2005. Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Acteur à la voix inoubliable, Albert Millaire était chez lui sur scène. Du drame à la comédie, son registre était infini. À l'aise tout autant dans du Molière, du Shakespeare, du Lorca, du Rostand ou du Brecht, il a joué les plus grands rôles, dans des pièces comme Lorenzaccio, Mère Courage, Tartuffe, Hamlet, Le Mariage de Figaro, Amadeus, Le Misanthrope ou encore Urfaust.

Il a aussi signé la mise en scène de plusieurs pièces, dont Les Sorcières de Salem, Le Temps Sauvage, Rhinocéros, Les Grands Soleils, Bilan, La Guerre, yes Sir!, Jules César et La Main qui passe.

Parfaitement bilingue, il a été invité comme acteur, mais aussi à titre de metteur en scène au célèbre festival shakespearien de Stratford, en Ontario, où il s'est produit en anglais. Un rêve qu'il a réalisé pendant cinq saisons.

Le comédien a ajouté une corde à son arc en occupant des postes de direction dans plusieurs institutions théâtrales.

Il a agi ainsi, au fil des ans, comme codirecteur et fondateur du Centre-Théâtre, directeur artistique adjoint du Théâtre d'été Chantecler, directeur artistique adjoint du Théâtre du Nouveau Monde, directeur artistique du Théâtre populaire du Québec, secrétaire général de l'Union des artistes et président du Conseil canadien du statut de l'artiste.

À la télévision, il a participé au fil des décennies à plusieurs émissions : D'Iberville, Le Volcan tranquille, Juliette Pomerleau, Le Coeur a ses raisons et Le Sorcier.

Parmi les téléromans et les séries auxquels il a participé, citons Le Courrier du Roy, D’Iberville, Wilfrid Laurier, Road to Avonlea, Grande Ourse et plus récemment, Mémoires vives. Il a aussi fait partie de la distribution de plusieurs téléthéâtres de Radio-Canada.

Au cinéma, on a pu le voir notamment dans les films Aurore, Sur le seuil, À corps perdu et J'en suis!

Il a collaboré avec les plus grands noms de la musique : Léopold Simoneau et Pierrette Alarie, Franz-Paul Decker, Jean Martinon et Kent Nagano, notamment. Il collaborait depuis plusieurs années avec la Sinfonia Lanaudière.

Les hommages

Albert Millaire a reçu le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène en 2006 des mains de Michaelle Jean. Albert Millaire a reçu le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène en 2006 des mains de Michaelle Jean. Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

En 2002, l'artiste a survécu à un cancer.

Je me suis dit ''ça passe ou ça casse'', c’était un cancer de l’œsophage, ce n’était pas bénin, c’était assez puissant.

Albert Millaire

Un an plus tard, son retour sur les planches lui a valu un nouveau prix, voire lui a donné une nouvelle vie.

Il a recommencé à enchaîner les rôles comme par le passé, tant au théâtre qu’à la télévision, dans des séries comme L’Héritière de Grande Ourse ou encore Mémoires vives.

L’artiste a remporté le prix du Meilleur rôle de soutien masculin pour son interprétation dans le téléroman Mémoires vives au Gala des Gémeaux, en 2014.

Il a également été récompensé pour son interprétation dans un rôle de soutien dans la pièce Oreste : The Reality Show, de Luce Pelletier et de Serge Denoncourt, lors de la Soirée des Masques, en 2005.

Il a été décoré de l'Ordre du Canada en 1989, ainsi que de l'Ordre national du Québec en 2001. En 2015, il est fait chevalier de l'Ordre de la Pléiade, une reconnaissance de sa contribution au rayonnement de la francophonie.

Albert Millaire a reçu le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène en 2006.

Le comédien s'est vu décerner le titre de Grand Montréalais dans la catégorie culturelle en 1999 et a été nommé commandeur de l’Ordre de Montréal en 2016.

Il a également reçu des doctorats honorifiques de l'Université Bishop et de l'Université de Montréal.

Arts de la scène

Arts