•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une poursuite menace le fonctionnement de la National Rifle Association

Un amateur d'armes à feu inspecte un fusil à pompe.
Selon la NRA, les démarches entreprises par le gouvernement de l'État de New York pourraient mener à la fin du lobby des armes à feu. Photo: Reuters / Lucas Jackson
Radio-Canada

La National Rifle Association (NRA), le lobby américain des armes à feu, dit être aux prises avec de graves problèmes financiers qui menacent la capacité du groupe à défendre les intérêts de ses membres à la suite de gestes posés par le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, et les agences de réglementation de l'État.

Dans une version amendée d'une poursuite fédérale intentée en mai, la NRA affirme avoir perdu ses services d'assurance en raison des démarches effectuées par l'État de New York auprès des entreprises soutenant un programme d'assurance propre à la NRA intitulé Carry Guard.

Cette police d'assurance vise à rembourser les coûts juridiques que doivent payer les membres de la NRA après avoir utilisé une arme possédée légalement.

En mai, l'État de New York a jugé que Carry Guard « offrait illégalement une protection juridique aux propriétaires d'armes à feu pour des méfaits commis intentionnellement ». Les assureurs travaillant en partenariat avec la NRA ont par la suite accepté de cesser d'offrir cette police et ont dû payer une amende de 7 millions de dollars américains.

Selon les arguments de la NRA, l'organisation a été placée sur une « liste noire » par les autorités étatiques, un état de fait qui aurait déjà entraîné des coûts « se chiffrant en dizaines de millions de dollars ».

« Des assurances sont nécessaires pour que la NRA continue d'exister », lit-on dans la poursuite. Sans assurance, « la NRA ne peut conserver ses bâtiments, organiser des rencontres et des rassemblements, faire fonctionner ses programmes éducatifs, ou encore tenir des congrès, des conventions et des assemblées ».

Le lobby évoque aussi des « abus » de la part de l'équipe du gouverneur Andrew Cuomo qui « priveront immédiatement la NRA d'un accès à des services bancaires de base... et d'autres services financiers essentiels à l'existence corporative de la NRA ».

Dans la foulée de la fusillade de Parkland, plusieurs gouverneurs et autres décideurs auraient fait augmenter la pression sur la NRA et réclamé un meilleur encadrement des armes à feu aux États-Unis.

Le gouverneur n'a pas répondu à une demande de commentaires, mais a précédemment rejeté les allégations de la NRA, en parlant d'une « tentative futile et désespérée de faire la promotion de son ordre du jour dangereux consistant à vendre davantage d'armes à feu ».

Avec les informations de Associated Press, et Rolling Stone

Politique américaine

International