•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centaine de travailleurs saisonniers ont participé au programme de soutien financier du fédéral

Le programme de formation du fédéral a été offert à différents endroits au Nouveau-Brunswick.

Le programme de formation du fédéral a été offert à différents endroits au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, 99 travailleurs saisonniers confrontés au trou noir de l'assurance-emploi ont bénéficié du programme de soutien financier offert par Ottawa au printemps.

Un texte de François Vigneault

Le programme est financé par le fédéral, mais géré par la province. Des 99 participants, 75 personnes ont suivi un programme de formation alors que 24 autres participants ont profité d'un placement en milieu de travail d'une durée de sept semaines. Le programme de formation est axé principalement sur l'apprentissage en informatique et sur les compétences essentielles au travail.

Parmi ces compétences, on trouve la communication, la gestion de conflits et le travail d'équipe, explique Régine Lanteigne, gestionnaire du programme des travailleurs saisonniers pour le Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne.

On dénombre 45  participants dans la Péninsule acadienne, 32 dans la région de Miramichi, 14 dans le Sud-Est, 7 au Restigouche et 1 participant à Fredericton. Ces données proviennent du ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Carole LeBouthillier, de Saint-Simon, travaille durant l'été comme interprète au Village historique acadien à Bertrand, dans la Péninsule acadienne, depuis une dizaine d'années.

Carole LeBouthillier reçoit les conseils d'une enseignante lors de la formation tenue au printemps.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carole LeBouthillier reçoit les conseils d'une enseignante lors de la formation tenue au printemps.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Elle a été particulièrement affectée cette année par le trou noir de l'assurance-emploi, ayant été quatre mois sans revenu entre la fin de ses prestations et le début de son travail saisonnier.

Elle fait partie des rares personnes à avoir participé aux deux volets du programme gouvernemental, soit deux semaines en formation et cinq semaines en milieu de travail auprès de l'organisme Ami Soleil, de Bertrand, qui offre entre autres les services d'une banque alimentaire. Madame LeBouthillier est enchantée de cette nouvelle expérience en milieu de travail.

On travaillait dans une belle harmonie. C'est un travail très demandant, mais très valorisant aussi parce qu'on sait qu'en bout de ligne, il y a des gens dans le besoin qui vont en profiter.

Elle a aussi apprécié suivre le programme de formation, notamment le volet touchant l'informatique.

La formation était vraiment enrichissante. Aujourd'hui, tout est informatisé, alors on est allé chercher de l'information précieuse, indique-t-elle.

Les semaines travaillées dans les placements en milieu de travail comptaient comme semaines assurables pour l'assurance-emploi.

Ce n'était pas le cas toutefois pour le programme de formation.

Régine Lanteigne, gestionnaire du programme des travailleurs saisonniers pour le Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Régine Lanteigne, gestionnaire du programme des travailleurs saisonniers pour le Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Plusieurs participants auraient souhaité poursuivre le programme de formation au-delà des sept semaines, assure la gestionnaire du programme des travailleurs saisonniers pour le Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne, Régine Lanteigne.

Ils en ont sûrement retiré quelque chose parce que si tu veux rester dans une formation, c'est sûrement parce que tu en vois un bénéfice, conclut-elle.

Dans son dernier budget, Ottawa a promis 240 millions $ sur deux ans pour aider les travailleurs saisonniers qui font face au trou noir dans l'ensemble du pays. De ce montant, le fédéral a offert une aide immédiate de 10 millions $ de dollars, dont 2,5 millions $ étaient réservés au Nouveau-Brunswick.

Le programme de soutien financier du fédéral sera à nouveau offert dans la province en février et en mars 2019.

Table de concertation

Le député fédéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, a dit il y a une semaine exactement, après la tenue de la Table de concertation sur le trou noir de l'assurance-emploi, qu'une aide sera bientôt annoncée pour aider les travailleurs saisonniers de la Péninsule acadienne.

La Table de concertation, qui s'est tenue le 26 juillet à Bathurst, a réuni une quarantaine de représentants des travailleurs saisonniers, du secteur des pêches et des gouvernements provincial et fédéral.

Cette rencontre a suivi des manifestations de deux jours à Caraquet contre le trou noir de l'assurance-emploi.

Nouveau-Brunswick

Emploi