•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fillette de 9 ans défigurée par un pitbull

La jeune fille, à l'hôpital, après l'attaque.

La jeune fille, à l'hôpital, après l'attaque

Photo : Contribution

Radio-Canada

Une fille de 9 ans, Jade Champagne, était en visite chez ses grands-parents à Saint-Joseph-de-Madawaska, près d'Edmundston, en juillet lorsqu'un chien de type pitbull l'a attaquée aux bras et au visage.

Un texte d'Annie Desjardins

Le pitbull lui a mordu les bras et l'a blessée au visage, lui fendant la lèvre et les sourcils.

J’étais sur les nerfs. Je paniquais. On a appelé l’ambulance. Elle est arrivée 30 minutes plus tard. On l’a descendue en auto à l'hôpital, raconte sa mère, Sylvette Robichaud.

Mme Robichaud explique que sa fille a un côté du visage paralysé et qu’elle a du mal à parler. Émotive, la mère évalue l’impact que cette attaque a eu sur sa fille.

Elle n’est plus la même : son caractère a changé. Elle ne veut plus aller à des places. Je ne peux plus l’amener dans les magasins, rien, dit-elle.

La famille envisage de poursuivre la SPCA

La mère, qui réside avec sa famille à Montréal à l’heure actuelle, est outrée que la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) ait redonné le chien au propriétaire de 19 ans après les événements du 8 juillet.

Elle veut poursuivre la SPCA parce que, selon elle, l'organisme n'est pas intervenu justement. Elle exhorte les autorités à adopter des mesures plus restrictives pour les pitbulls.

Un pitbull est étendu sur le gazon, la gueule ouverte et la langue sortie.

Pour l'éducateur canin Arnaud Wéry, la législation de Québec devrait s'intéresser à l'ensemble des chiens dangereux et pas seulement à une race en particulier.

Photo : iStock / Xesai

Chiens agressifs

Lors d’une entrevue donnée en 2016, Paul Boutet, vétérinaire et à l’époque membre du conseil de l'Association des médecins vétérinaires du Nouveau-Brunswick, avait affirmé que les propriétaires ont un grand rôle à jouer pour prévenir l'agressivité chez leur chien.

Je pense qu'une grosse part de la responsabilité reste avec les propriétaires. Tous les propriétaires devraient bien socialiser leurs animaux au départ, quand ils sont chiots, et travailler à détecter des situations d'anxiété ou d'agression qui se développent, recommandait Paul Boutet, lors d'une entrevue accordée à l'émission L'heure juste, d'ICI Acadie.

Avec des informations de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers