•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ivanka Trump se distancie de son père sur des questions épineuses

Le président Donald Trump flou en avant-plan et Ivanka Trump à l'arrière.

Ivanka Trump écoute son père lors d'une réunion à la Maison-Blanche le 18 juillet 2018.

Photo : Reuters / Leah Millis

Radio-Canada

Séparation des familles de migrants à la frontière sud, mépris envers les médias : Ivanka Trump a exprimé des divergences devant certaines positions controversées de son père.

La fille aînée de Donald Trump, qui agit auprès de lui comme conseillère, participait jeudi à un événement organisé par le site d’information Axios.

Si elle a maintenu un front uni sur la majorité des enjeux abordés, elle a cependant pris ses distances avec certaines positions.

Elle a soutenu ne pas penser que les médias étaient « l’ennemi du peuple », contrairement à la description qu’en fait souvent son père.

J’ai certainement eu droit à ma part de reportages que je sais personnellement ne pas être tout à fait exacts, alors je comprends les préoccupations et les doléances de certaines personnes, mais non, je ne considère pas les médias comme l’ennemi du peuple.

Ivanka Trump

Interrogée sur la séparation des familles de migrants qui franchissent illégalement la frontière américaine avec le Mexique, Ivanka Trump a reconnu que cela avait constitué l’« un des pires moments » qu'elle a vécus dans l'exercice de ses fonctions à la Maison-Blanche.

Le président salue les photographes avec sa fille Ivanka à ses côtés.

Le président Trump et sa fille et conseillère, Ivanka le 13 juin 2017.

Photo : Getty Images / Mark Wilson

La politique d’extrême fermeté de l'administration Trump menée aux frontières américaines avait conduit à la séparation de plus de 2000 enfants de leurs parents, dont plusieurs ne se sont pas encore retrouvés.

Des sources disent qu’Ivanka Trump avait demandé à son père de mettre un terme à la pratique de séparer les enfants de leurs parents, mais elle était restée muette sur la place publique.

Lors de cet entretien, Ivanka Trump a qualifié l'immigration d'« enjeu incroyablement complexe ». Elle a évoqué le fait que sa mère a elle-même immigré aux États-Unis, tout en ajoutant : « Nous vivons dans un État de droit [...] et nous devons donc faire très attention à ne pas encourager des comportements qui mettent les enfants en danger. »

Après avoir fait l’objet de vives critiques, même au sein du camp républicain, le président Trump avait fait volte-face en juin dernier en signant un décret qui autorisait la détention des parents et de leurs enfants ensemble sans limite de durée.

Ivanka Trump a défini la décision de son père de commuer la peine d’Alice Marie Johnson, une femme de 63 ans qui était emprisonnée à vie pour une infraction reliée à du trafic de stupéfiants, comme un moment fort des mois passés à la Maison-Blanche. La vedette de téléréalité Kim Kardashian avait par ailleurs rencontré Donald Trump dans le bureau ovale pour plaider la cause de la détenue, qui avait passé deux décennies derrière les barreaux.

Ivanka Trump dit avoir été touchée lorsqu'elle a vu à la télévision la libération de la détenue et les retrouvailles avec sa famille.

« Je pleurais. C’est l’une des plus belles choses que j’aie vues. Ça vous rappelle l’impact réel que vous avez dans la vie des gens », a-t-elle affirmé.

La Maison-Blanche minimise les différends entre Trump et sa fille

Priée de commenter les commentaires d'Ivanka Trump lors d'un point de presse, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a assuré que le président et sa fille voyaient les choses du même œil. « Le président lui-même a indiqué qu'il n'aimait pas que les familles soient séparées », a-t-elle affirmé, ajoutant qu'il voulait aussi renforcer la sécurité aux frontières. C'est au Congrès de changer la loi, a-t-elle martelé.

Invoquant la « désinformation » faite par les médias ainsi qu'une « couverture à 90 % négative », elle a en outre défendu le ton critique de Donald Trump envers les médias. « C'est compréhensible que le président soit frustré », a-t-elle soutenu.

Avec les informations de Washington Post, et Axios

Politique américaine

International