•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'arrestation de Samar Badawi suscite des réactions

La Saoudienne Samar Badawi, ( à droite) sœur de Raif Badawi, a été arrêtée plus tôt cette semaine.
La Saoudienne Samar Badawi, ( à droite) sœur de Raif Badawi, a été arrêtée plus tôt cette semaine. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Amnistie internationale dénonce vivement l'arrestation, en Arabie saoudite, de Samar Badawi, soeur du blogueur saoudien Raif Badawi et militante des droits de la personne. Elle a été arrêtée en même temps qu'une autre militante, Nassima al-Sadah, qui tente de faire reconnaître les droits de la population chiite, minoritaire en Arabie saoudite.

Amnistie internationale a rapporté l'arrestation, mercredi. Les autorités saoudiennes n'ont pas émis de commentaires sur la question, mais pour l'organisme, il ne fait aucun doute que les deux femmes ont été arrêtées en raison de leur militantisme.

Elles ont été impliquées dans le mouvement réclamant le droit des femmes à conduire en Arabie saoudite, ce qui est permis depuis le 24 juin dernier.

Ce n'est pas la première fois que Samar Badawi est arrêtée. Elle a récemment été incarcérée quelques jours, puis relâchée. La coordonnatrice d'Amnistie internationale en Estrie, Mireille Elchacar, explique que Samar Badawi était assignée à résidence depuis et qu'elle n'avait pas le droit de quitter le pays.

Mireille Elchacar, coordonnatrice d'Amnistie internationale en Estrie.Mireille Elchacar, coordonnatrice d'Amnistie internationale en Estrie. Photo : Radio-Canada

Pour Mireille Elchacar, ces arrestations démontrent que le désir du régime saoudien d'être plus libéral n'est pas fondé.

Pour nous, ça fait partie d'une vague d'arrestations qui a eu lieu. Même si le prince héritier Mohamed ben Salmane dit qu'il veut une ouverture plus grande pour son pays, ça ne passe vraiment pas par les droits de la personne. Plusieurs militants ont été arrêtés. Pour nous, il n'y a vraiment aucun changement du point de vue des libertés en Arabie saoudite, déplore Mme Elchacar.

Droits des femmes

Même si les femmes ont récemment obtenu la permission de conduire, Amnistie internationale souligne qu'il reste beaucoup à faire pour que les droits des femmes soient reconnus. Pour l'organisme, le principal problème est la tutelle masculine.

Les femmes ne peuvent absolument rien faire d'important sans l'autorisation d'un homme. Que ce soit voyager, travailler ou subir une opération chirurgicale, elles doivent demander l'autorisation de leur père, de leur mari, d'un oncle ou de leur fils, même s'il est mineur. C'est un problème majeur pour l'émancipation des femmes, ajoute Mireille Elchacar.

La conjointe de Raif Badawi, Ensaf Haidar, habite à Sherbrooke avec ses trois enfants. Raif Badawi est emprisonné en Arabie saoudite pour des propos qu'il a tenus sur son blogue. Il a été condamné à purger 10 ans de prison et à recevoir 1000 coups de fouet.

Estrie

International