•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'agrile du frêne se propage dans 17 quartiers de Québec

La Ville de Québec a traité plusieurs frênes par l'injection au TreeAzin pour les protéger d’une infestation à l’agrile.

La Ville de Québec a traité plusieurs frênes par l'injection au TreeAzin pour les protéger d’une infestation à l’agrile.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Radio-Canada

Un peu plus d'un an après sa première détection à Québec, l'agrile du frêne a été répertorié dans 17 quartiers de la ville. L'insecte venu d'Asie s'étend désormais au-delà des quartiers centraux de la capitale.

Jusqu’ici limitée à la Haute-Ville, la zone d’infestation comprend maintenant le secteur de l’aéroport, Cap-Rouge, Sainte-Foy et s’étend jusqu’aux quartiers Lairet et Vieux-Limoilou, en passant par Duberger-Les Saules et Vanier.

Environ 200 pièges ont été installés par la Ville, des propriétaires et des groupes de recherche pour détecter la présence de l’insecte ravageur qui s'attaque aux frênes et les tue en quelques années. L'opération a permis de constater que la propagation de l'insecte est très importante, et même plus importante que prévu, reconnaît Jérôme Picard, conseiller en environnement à la Ville de Québec.

« Ça va plus vite honnêtement que ce qu'on pensait », affirme-t-il.

En mai dernier, la Ville situait le principal foyer d'infestation dans le quartier Montcalm, dans le Vieux-Québec ainsi que dans les parcs des Champs-de-Bataille et du Bois-de-Coulonge. C'est finalement presque la moitié de la ville qui est touchée.

Les quartiers touchés par l'agrile du frêneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les quartiers touchés par l'agrile du frêne

Photo : Ville de Québec

Plan de lutte à la propagation

La Ville a dévoilé en mai un Plan de lutte à la propagation de l'agrile du frêne, qui inclut des mesures pour aider les propriétaires d'arbres visés par l'insecte ravageur.

Ils sont invités à faire traiter leurs arbres au TreeAzin, un biopesticide qui empêche le développement des larves de l'agrile. Ce traitement doit être répété aux deux ans. Ils peuvent d'ailleurs profiter d'un tarif préférentiel négocié par la Ville jusqu'au 31 août.

Pour freiner l'infestation, la Ville prévoit également abattre 800 frênes cette année, dont la moitié sont des arbres de petits diamètres.

La municipalité compte près de 12 000 frênes publics et environ 2 fois plus si on compte ceux situés sur les terrains privés.

L'insecte a été détecté pour la première fois dans le quartier Montcalm, l'été dernier.

Lévis aux aguets

L’agrile du frêne n’a pas encore été aperçu dans les 32 pièges mises en place à Lévis. Cependant, en constatant la propagation de l'agrile sur le territoire de Québec, la Ville de Lévis compte investiguer davantage. Une entente a été conclue avec le Centre de foresterie des Laurentides afin de pousser l’expertise plus loin.

Les résultats devraient être connus dans les prochaines semaines.

La Ville de Lévis a déposé en mars dernier un plan d’action pour lutter contre l’insecte nuisible. Il est prêt à être déployé s'il est détecté.

Québec

Environnement