•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élections québécoises dans la mire d'un nouveau groupe d'influence sur Facebook

Entrevue avec Jeff Yates, chroniqueur et spécialiste des fausses nouvelles.
Radio-Canada

Une nouvelle page Facebook inspirée d'un modèle qui a fait grand bruit lors des élections en Ontario tente d'influer sur la campagne québécoise. Alors que l'utilisation de Facebook pour influencer, voire déstabiliser, des élections est maintenant bien documentée en Occident, le Québec est-il prêt à y faire face? Pas vraiment, révèle notre enquête.

Un texte de Thomas Gerbet et Jeff Yates

Des Québécois de la droite libertarienne proches des conservateurs fourbissent leurs armes à la veille de l’élection québécoise du 1er octobre. Menés, entre autres, par l’animateur de la radio de Québec Éric Duhaime, ils tentent de créer un réseau d’influence sur le web.

Leur page Facebook baptisée Québec Fier a accumulé près de 6000 abonnés en un mois. Ses publications ont déjà pu rejoindre des dizaines de milliers de Québécois et sa portée est en croissance.

Dans la publication de gauche, on voit une prison et un CHSLD. « On dépense plus pour nourrir nos détenus en prison que nos aînés dans les CHSLD. Partagez si vous pensez que le gouvernement libéral doit revoir ses priorités », peut-on lire. Dans l'image de droite, on peut lire : « Êtes-vous tannés des girouettes politiques? » L'image parle de Florence Plourde, une péquiste qui serait sur le point de sauter vers la CAQ, selon certains médias. Deux publications sur la page Québec Fier qui écorchent le PLQ, la CAQ et le PQ. Photo : Capture d'écran Facebook

La page écorche tous les principaux partis, que ce soit la CAQ, le PQ ou le PLQ, mais attaque principalement les libéraux fédéraux et provinciaux. Les thèmes récurrents sont l’immigration, le contrôle des armes à feu et les subventions aux entreprises.

Québec Fier ne s’attarde pas seulement à la politique. Plusieurs images d’apparence anodine apparaissent sur la page Facebook. Par exemple, les internautes sont invités à partager l’image s’ils aiment les bleuets québécois.

La publication contient une image de bleuets. « Les meilleurs bleuets poussent au Québec. Partagez si vous êtes fier des produits d'ici », est-il écrit.Une des publications de la page Québec Fier Photo : Capture d'écran Facebook

Radio-Canada a pu constater que Québec Fier diffusait pas moins de huit publicités actives simultanément sur Facebook du 20 au 23 juillet pour augmenter la portée de ses publications.

« On a vu que ça a marché en Ontario », explique Éric Duhaime à Radio-Canada. Avec un mélange de publications politiques et de style viral, la page Facebook Ontario Proud a en effet bâti une communauté de près de 400 000 abonnés.

Le groupe ontarien, mené par des proches du Parti conservateur fédéral, affirme que ses publications ont été vues près de 64 millions de fois sur Facebook pendant le mois qu’a duré la campagne électorale ontarienne qui a mené, le 7 juin, à l’élection du progressiste-conservateur Doug Ford.

Sans jamais appeler ses abonnés à voter pour M. Ford, la page a vertement critiqué son opposante libérale, la première ministre sortante Kathleen Wynne. Puis, lorsque celle-ci a admis qu’elle allait perdre l’élection, la page s’est attaquée à la candidate du NPD, Andrea Horwath.

Au Québec, Éric Duhaime souhaite faire contrepoids aux syndicats qui ont l’habitude de dépenser de l’argent pour influer sur les élections. « Les syndicats semblent être au-dessus des lois », dénonce-t-il alors que des pancartes contre les chefs François Legault et Philippe Couillard apparaissent ces jours-ci au Québec, à l’initiative des syndicats.

Éric Duhaime ne gère pas la page Facebook au quotidien, même s’il « envoie une image, une idée, de temps en temps ». C’est Jean-Philippe Fournier, un étudiant montréalais de 23 ans, qui s’en charge. Ce dernier est un ancien candidat du Parti conservateur du Canada et du Parti conservateur du Québec.

Un troisième individu à l'origine de la création de la page Québec Fier, Maxime Hupé, a perdu son emploi auprès du sénateur conservateur Larry W. Smith après que sa participation à la page a été révélée, mercredi.

Des liens entre Québec Fier et Ontario Proud

Les deux pages semblent partager du contenu identique. Les mèmes de Québec Fier sont parfois simplement des traductions en français de publications sur la page d’Ontario Proud.

Les deux images sont un montage de deux photos de Justin Trudeau, ainsi qu'une photo de la tuerie de Toronto du 22 juillet. Dans la version française, il est écrit: « 25 juillet 2018: l'État islamique revendique la tuerie à Toronto. Mais où est Trudeau pendant ce temps? Encore en train de prendre une "journée de congé". Partagez si Trudeau vous fait honte (sic). »À gauche, une image publiée par Ontario Proud le 25 juillet. À droite, une version française de la même image publiée par Québec Fier le même jour. Photo : Capture d'écran Facebook

« On n’est pas une succursale d’Ontario Proud, explique Jean-Philippe Fournier, mais on s’est inspiré du style. Jeff Ballingall (un des créateurs de la page ontarienne), c’est un ami, il donne quelques conseils. »

Jeff Ballingall est un entrepreneur trentenaire et ancien employé du Parti conservateur à l’époque du premier ministre Stephen Harper. Durant l’élection ontarienne, il s’est vanté de joindre plus de gens par Facebook que tous les partis politiques provinciaux combinés et de générer plus de réactions sur le réseau social que des médias d’information majeurs.

Dans une entrevue (Nouvelle fenêtre) accordée au Globe and Mail, au printemps, M. Ballingall a affirmé que la mise sur pied d’Ontario Proud avait nécessité un investissement initial de quelque 100 000 $. Il n’avait pas dévoilé la source de ce financement.

Jeff Ballingall.Jeff Ballingall Photo : CBC/courtoisie Jeff Ballingal

Ontario Proud a mené une campagne d’envois de courriels, d’appels et de messages textes automatisés durant la campagne. Québec Fier fera-t-elle la même chose?

« On verra », répond Jean-Philippe Fournier, ajoutant qu’il n’aura « probablement pas les moyens de faire ça, puisque la loi québécoise est beaucoup plus stricte ».

  • En Ontario, un tiers (électeur, groupe, association, entreprise...) est autorisé à dépenser jusqu'à 600 000 $ avant le déclenchement de la campagne électorale, puis un maximum de 100 000 $ durant la campagne.
  • Au Québec, les tiers (appelés « intervenants particuliers ») ont une limite de dépenses de 300 $ durant les 30 jours de campagne, mais il n’y a aucune limite avant le déclenchement de la campagne (le 29 août).

« On ne veut pas enfreindre la loi, affirme Jean-Philippe Fournier. C’est possible qu’on envoie des courriels, dit-il, c’est un autre moyen d’engager le monde. »

Québec Fier et Ontario Proud disposent aussi de sites web bâtis avec la plateforme Nation Builder. Celle-ci permet aux gestionnaires de créer des bases de données et des listes d’envoi par courriel de ses partisans. Cette plateforme a entre autres été utilisée par les campagnes pour et contre le Brexit et celle du président américain, Donald Trump.

Quel financement pour Québec Fier?

« Il n’y a pas beaucoup d’argent qui se promène dans Québec Fier, assure Jean-Philippe Fournier. Personne, aucun parti politique ne nous paie, ne nous dit quoi faire. »

Jean-Philippe Fournier fait remarquer qu'aujourd'hui, avec les médias sociaux, il n'est pas nécessaire de dépenser autant d'argent pour joindre un vaste public. Ce que confirme le consultant indépendant en stratégie numérique Bruno Guglielminetti.

« Avec 300 $ sur Facebook, on peut joindre des centaines de milliers de personnes. Si on ajoute à ça des textes qui sont bien envoyés, qui ont une portée organique, les 300 $ vous amènent beaucoup plus loin. »

L'image montre Justin Trudeau et Philippe Couillard. « Sondage éclair : on veut savoir ce que vous pensez. Qui est le pire premier ministre entre Justin Trudeau et Philippe Couillard? » peut-on lire. L'image invite à cliquer sur l'émoticone triste afin de voter pour M. Trudeau ou sur l'émoticone fâché afin de voter pour M. Couillard.Une publication de Québec Fier critique les premiers ministres libéraux Justin Trudeau et Philippe Couillard. Photo : Capture d'écran Facebook

M. Guglielminetti mentionne aussi qu’une personne pourrait très facilement dépenser autant qu’elle le souhaite à partir de l’extérieur du Canada.

« Présentement, des groupes sont en train d’aligner leurs cartes sur Facebook et Twitter, constate-t-il. On trouve beaucoup de contenu de style viral visant à amasser un large auditoire. »

Il observe depuis un an la création de plusieurs faux comptes « avec des noms très québécois » et géolocalisés à différents endroits de la province. « C’est sûr qu’il faudra observer au mois d’août et de septembre comment ce réseau-là va être activé », prévient-il.

J’ai l’impression qu’au Québec, les instances officielles ne sont pas nécessairement conscientes du risque. Du moins, si elles en sont conscientes, elles ne prennent pas toutes les mesures requises pour le maîtriser.

Bruno Guglielminetti, consultant indépendant en stratégie numérique

Le Québec est-il prêt à y faire face?

Les élections se suivent et se ressemblent en Occident, que ce soit en raison de l'utilisation de fausses nouvelles sur les médias sociaux pour influencer l'électorat ou en raison des campagnes de publicité massives par l'intermédiaire de Facebook. Les auteurs, la plupart du temps non identifiés, n'en bénéficient pas moins d'un pouvoir de déstabilisation important.

Pour surveiller les dépenses électorales des intervenants particuliers, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) assure faire « une vigie ». « C'est sûr qu'on ne peut pas tout voir de façon exhaustive, comme sur les médias sociaux », précise la porte-parole du DGEQ, Julie St-Arnaud.

« Ce sont des choses qui se régulent un peu d'elles-mêmes, croit-elle. Souvent, les partis vont être vigilants, vont formuler des plaintes, et les citoyens aussi. »

Un homme au clavier d'un ordinateur se branche sur le réseau social Facebook.Le DGEQ admet ne pas pouvoir surveiller toutes les informations qui circulent sur les réseaux sociaux. Photo : Associated Press / Eraldo Peres

Julie St-Arnaud n’a pas pu préciser combien d’employés seront attitrés à cette vigie, mais a fait savoir que deux gestionnaires de communauté pourront surveiller les réseaux sociaux, en plus de répondre aux questions des citoyens. « L’ensemble de notre personnel est à l’affût », assure-t-elle.

Elle n’a pas non plus été en mesure de dire comment le DGEQ pourra déterminer si le budget maximal de 300 $ a été dépassé sur les réseaux sociaux. En effet, contrairement aux États-Unis, il est impossible de voir sur Facebook les dépenses effectuées par une page canadienne.

Par contre, le DGEQ exigera que les intervenants particuliers lui remettent un rapport détaillé sur leurs dépenses, factures à l’appui.

Mme St-Arnaud reconnaît qu’il s’agit de la première élection à date fixe au Québec, et qu’il faudrait potentiellement revoir les règles pour encadrer les dépenses faites par des intervenants particuliers avant le déclenchement des élections.

« Le gouvernement de l'Ontario a décidé de modifier la loi après une première série d'élections à date fixe et ils sont arrivés avec ces nouvelles mesures. Nous, on se propose de s'appuyer sur des faits. On veut le vivre une première fois. Les règles sont différentes selon les provinces. Ils ont encadré sur une période de six mois... est-ce qu'on fera pareil? Un an? »

M. Guglielminetti, quant à lui, ne croit pas que le DGEQ déploie suffisamment de ressources pour surveiller les tentatives d’influence électorale sur les réseaux sociaux, y compris les dépenses des intervenants particuliers. « Ça prend des systèmes machine qui vont faire du filtrage et du monitorage pour avoir des données et rapidement les analyser », croit-il.

M. Guglielminetti juge aussi qu’il serait facile pour une personne à l’extérieur du Canada de dépasser la limite de dépenses permises. Il estime que le DGEQ aurait dû conclure des ententes avec des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter pour l’aider à surveiller leurs plateformes, mais admet qu’à quelques semaines du lancement de la campagne, il est probablement trop tard.

Les élections québécoises de 2018 ne seront pas les seules à être le théâtre de campagnes d’influence de ce genre sur les réseaux sociaux. Sur son site, Ontario Proud affirme vouloir répéter l’expérience aux élections fédérales de 2019. Le groupe a déjà créé un pendant en Colombie-Britannique, nommé BC Proud.

« Justin Trudeau a déçu les Canadiens. Nous allons tout faire pour qu’il n’ait qu’un mandat », affirme Jeff Ballingall sur le site.

Politique