•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rappeurs Booba et Kaaris toujours détenus, après une bagarre

L'homme à gauche porte une casquette, celui a droite des lunettes de soleil.
Les rappeurs français Booba (à gauche) et Kaaris (à droite) en sont venus aux mains hier à l'aéroport d'Orly à Paris. Photo: AFP / DOMINIQUE FAGET
Agence France-Presse

Les rappeurs français Booba et Kaaris étaient toujours détenus par la police jeudi, après leur bagarre de la veille survenue en plein aéroport parisien. Les responsables d'Orly ont d'ailleurs porté plainte.

Les rappeurs et 12 de leurs proches, auditionnés pour violences volontaires, ont passé la nuit au poste de police. Deux d'entre eux ont été mis hors de cause et relâchés jeudi matin, a-t-on appris de source judiciaire.

Le groupe Aéroports de Paris (ADP) a par ailleurs porté plainte contre 14 personnes, dont les 2 rappeurs, pour trouble à l'ordre public avec préjudice d'image et financier, et mise en danger de la vie d'autrui. La bagarre a empêché la mise en place d'un périmètre de sécurité autour d'un bagage abandonné, a dit une porte-parole d'ADP à l'Agence France-Presse.

Les faits, filmés par des passagers, se sont déroulés vers 15 h (9 h au Québec) mercredi dans une salle d'embarquement et ont entraîné de légers retards de vols, la fermeture provisoire d'un hall, ainsi que des dégradations dans une boutique de produits détaxés.

Sur les vidéos largement diffusées via les réseaux sociaux par des passagers, on voit des hommes échanger des coups de poing et de pied entre les rayons d'une boutique hors taxes et dans les couloirs de l'aéroport, très fréquenté en cette période estivale.

Les deux rappeurs se rendaient chacun de leur côté à Barcelone où ils devaient donner des spectacles mercredi soir.

Les avocats de Kaaris parlent de « légitime défense »

Selon les avocats de Kaaris, Arash Derambarsh et Yassine Yakouti, le rappeur, qui était à l'aéroport en compagnie de six personnes, s'est retrouvé face à « une dizaine de personnes qui n'ont rien à voir avec la musique, qui ont juste envie de se bagarrer. Il a été pris à partie par Booba, qui a insulté son enfant et sa femme. Puis ils se sont tous rués sur lui. On le voit sur les vidéos, ils sont à trois contre un », a déclaré Me Derambarsh, estimant que son client était en situation de légitime défense. « Le plus grave, ce sont les armes par destination, des flacons de parfum et des bouteilles en verre », a-t-il ajouté.

« Du grand n'importe quoi », a réagi sur la chaîne de télévision BFM TV l'avocat de Booba, Yann Le Bras, qui considère, quant à lui, que les vidéos prouvent que ce sont Kaaris et son groupe qui « en viennent de façon très agressive à l'altercation ».

Booba, 41 ans, et Kaaris, 38 ans, se connaissent depuis 2011, quand Booba était déjà l'un des plus célèbres rappeurs français.

Rivalité sur les réseaux sociaux

Si à l'origine les rappeurs s'affrontaient plutôt dans des joutes verbales dans les banlieues françaises, ils ont trouvé sur les réseaux sociaux un nouveau terrain de jeu pour provoquer leurs rivaux. Ces joutes peuvent aller de la simple moquerie à la menace physique, voire au rendez-vous précis donné pour en venir aux mains.

Les réseaux sociaux sont devenus un espace de diffusion rêvé, à coups de vidéos filmées avec les téléphones intelligents. De quoi engranger des millions de vues et confirmer sa supériorité. Ce que parvient à faire Booba, au centre de beaucoup de bagarres ces dernières années, notamment avec le rappeur La Fouine à Miami en 2013.

Aux États-Unis, les rivalités entre rappeurs sont allées jusqu'à des assassinats, comme ceux des ennemis Tupac Shakur et Christopher Wallace, dit The Notorious BIG, dans les années 1990.

Booba a, pour sa part, symboliquement « tué » ses rivaux Kaaris, La Fouine et le rappeur Rohff, en les décapitant dans un clip animé de sa chanson Gotham, dans lequel il incarne Batman.

Célébrités

Arts