•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Inuite recherchée par la police de Montréal est retrouvée saine et sauve

Mina Iquasiak Aculiak est portée disparue depuis le 27 juillet

Photo : SPVM

Radio-Canada

Mina Iquasiak Aculiak, une Inuite recherchée par la police de Montréal, a été retrouvée saine et sauve jeudi dans le quartier de Parc-Extension. Dans un état de santé précaire, la femme de 48 ans n'avait pas été revue depuis que les policiers l'avaient laissée dans un secteur industriel, tard le soir, il y a près d'une semaine.

Mme Aculiak « a été retrouvée saine et sauve, en bonne santé, à 11 h 55 par un policier dans l'arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension », a écrit dans un communiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Mina Iquasiak Aculiak, qui ne parle ni français ni anglais, avait été vue pour la dernière fois dans l'arrondissement de Saint-Laurent le 27 juillet.

Elle avait d'abord été arrêtée par des agents du SPVM près d'un centre hospitalier, où elle avait été admise pour subir une intervention chirurgicale. Elle n’avait pas été revue depuis qu’elle avait été relâchée du centre opérationnel ouest.

Jeudi matin, le SPVM disait tenter de comprendre les circonstances dans lesquelles elle a été relâchée.

On lui avait remis un billet pour prendre l’autobus par elle-même plutôt que d’aller la conduire à l’hôpital, ce qui ne semble pas être une pratique inhabituelle. « Oui, c’est une pratique qui existe », a indiqué André Durocher, porte-parole du SPVM.

« Ce qu’on a comme information, à ce moment-ci, c’est qu’on lui a donné un billet d’autobus, sans plus. Pourquoi on a fait ça? On ne peut pas tirer de conclusions. Il faut rencontrer les gens qui étaient présents. Il faut rencontrer les officiers qui étaient responsables », avait-il dit à Radio-Canada quelques heures avant que soit retrouvée Mme Aculiak.

Les proches de Mina Iquasiak Aculiak disaient être très inquiets et craignaient le pire puisqu'elle aurait exprimé des idées suicidaires récemment.

« Assurer la sécurité des gens »

En entrevue à RDI, l'ex-directeur adjoint de la Sûreté du Québec, Marcel Savard, dit qu'il a une opinion bien arrêtée sur ce que les policiers doivent faire dans un cas semblable.

« Quand on regarde le mandat des policiers, il est très, très, très distinctement écrit à l’article 48 de la loi sur la police qu’ils ont le devoir de s’assurer de la sécurité des gens, des biens des personnes, de protéger la vie », dit-il.

« C’est une personne vulnérable qu’on a laissée aller par ses propres moyens alors qu’on a le devoir de s’assurer de la sécurité des gens », ajoute M. Savard.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Disparition