•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élections de mi-mandat, un référendum sur la destitution de Trump, dit son avocat

Un homme portant des lunettes est assis et croise les bras avec une moue dubitative.

L'avocat du président américain Donald Trump, Rudy Giuliani

Photo : Getty Images / Saul Loeb

Radio-Canada

Rudy Giuliani, l'ancien maire de New York et avocat du président américain Donald Trump, a estimé mercredi que les élections de mi-mandat représentent en fait un référendum sur le processus de destitution de son client.

M. Giuliani a tenu ces propos non pas comme avocat du président, mais « en tant que citoyen préoccupé et en tant que républicain ».

« Si les démocrates prennent le contrôle de la Chambre, pensez-vous qu'ils vont traiter le président Trump de manière équitable », a-t-il demandé lors d’un discours au cours duquel il a donné son appui à Eddie Edwards, qui brigue l'investiture républicaine pour un siège du New Hampshire au Congrès.

Deux demandes de destitution ont déjà été proposées à la Chambre des représentants par le démocrate Al Green.

Selon lui, Donald Trump s'était associé à des causes faisant la promotion du racisme et il avait incité à « la haine et à l'hostilité ».

Concessions de Mueller pour rencontrer le président

À Washington, le procureur spécial Robert Mueller, chargé d'enquêter sur l'ingérence russe lors de l'élection présidentielle de 2016, aurait offert à l’équipe juridique de Donald Trump d’alléger son questionnaire sur la collusion avec la Russie s’il pouvait rencontrer en personne le président américain.

L'homme aux cheveux gris et portant un veston et une cravate marche dans un corridor entouré de plusieurs agents de sécurité.

Le procureur spécial Robert S. Mueller en juin 2017

Photo : Reuters / Joshua Roberts

M. Mueller serait prêt à poser moins de questions sur une potentielle obstruction de la justice par M. Trump, un sujet que ses avocats souhaitent éviter, selon des sources citées par plusieurs médias américains.

L’équipe juridique présidentielle souhaiterait que l’entretien entre les deux hommes ne porte que sur des événements avant son arrivée au pouvoir en 2016. Elle avait offert initialement des réponses écrites aux questions du procureur spécial, les avocats du président étant très réticents à ce que M. Trump rencontre M. Mueller en personne.

Avec les informations de Associated Press, CNN, et Washington Post

Politique américaine

International