•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La soeur de Raif Badawi arrêtée en Arabie saoudite

Trois femmes, dont l'une portant un hijab, sourient sur une scène.
Samar Badawi (centre) lors de la remise d'un prix avec Michelle Obama (gauche) et Hillary Clinton (droite) Photo: Reuters / Gary Cameron
Radio-Canada

La Saoudienne Samar Badawi, sœur de Raif Badawi, a été arrêtée plus tôt cette semaine par les autorités du pays qui mettent de plus en plus de pression sur les militantes pour les droits des femmes.

L’arrestation a été rapportée mercredi par l’organisme Amnistie internationale.

Samar Badawi a été l’une des premières signataires d’une pétition réclamant le droit pour les femmes de conduire en Arabie saoudite en plus de pouvoir voter et de se présenter aux élections locales.

En 2012, elle avait reçu le prix de l’International Women of Courage remis aux États-Unis par l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton et l’ancienne première dame Michelle Obama.

Mme Badawi a été arrêtée en même temps qu’une autre militante, Nassima al-Sadah, qui tente de faire reconnaître les droits de la population chiite, minoritaire en Arabie saoudite.

Répression contre des femmes

Ces deux dernières arrestations s’inscrivent dans un climat de répression alors que le régime multiplie les actions contre les militantes des droits des femmes.

Depuis mai, plus d’une douzaine de militantes ont été arrêtées en raison de leurs revendications pour le droit de conduire et pour la fin du système de tutelle auquel sont soumises les femmes en Arabie saoudite.

Il s’agit d’une situation paradoxale pour le régime du prince héritier et vice-premier ministre Mohammed ben Salmane Al-Saoud, qui désire projeter une image progressiste à l’international.

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben SalmaneLe prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane Photo : Reuters / Amir Levy

Le frère de Samar Badawi, Raif Badawi, purge une sentence de 10 ans de prison pour des propos tenus sur un blogue. En 2015, il avait reçu 50 coups de fouet.

Le gouvernement saoudien n’a pas commenté les deux arrestations.

Avec les informations de Reuters, et CBC

International