•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pertes importantes pour les producteurs de porcs en raison de la chaleur extrême

Plusieurs producteurs de porcs du Québec ont perdu des animaux cet été en raison de la chaleur. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie
Radio-Canada

Les producteurs de porcs du Québec anticipent des pertes importantes en raison de l'été très chaud. Les porcs sont très vulnérables à la chaleur et plusieurs en meurent. Des éleveurs parlent d'une « situation extrême ».

Le président des Éleveurs de porcs des Deux Rives, Louis-Phillipe Roy, n’a pas perdu de bêtes cet été, même si la chaleur dans ses bâtiments a dépassé les 36 °C par moment, mais il sait que bien d’autres producteurs ont eu moins de chance.

« Moi, j’ai été très chanceux cette année, mais il y a des producteurs qui m’ont appelé ou que je connais qui ont des pertes assez importantes. »

Le producteur de porcs de Saint-Michel-de-Bellechasse ne peut quantifier pour l’instant le nombre de porcs morts, mais il parle de « beaucoup de mortalité ».

L’entreprise Sanimax de Lévis a subi les contrecoups de la canicule du début juillet. L'usine a reçu 1 200 000 kg de plus de carcasses animales, une hausse de 47 %. « Pour nous, c’est une crise historique, c’est du jamais vu », affirme Yannick Cadotte, directeur des opérations.

Le porc supporte mal le temps très chaud, en raison de sa physiologie : il ne sue pratiquement pas et expulse donc difficilement la chaleur.

Des mesures pour réduire la chaleur

Les éleveurs doivent mettre en place plusieurs mesures pour réduire les impacts de la chaleur, comme installer des ventilateurs dans les bâtiments, asperger les bêtes d'eau et modifier l’horaire pour minimiser les activités durant le jour.

« Il faut s’assurer qu’on ne va pas déplacer les porcs dans les moments de chaleur extrême. On attend le matin très tôt, ce qui oblige les producteurs à se lever pratiquement pendant la nuit ou après le coucher du soleil, aux environs de 21 h, 22 h », dit René Roy, président des Éleveurs de porcs de la Beauce.

Les truies qui s’apprêtent à mettre bas sont encore plus vulnérables que les porcs, puisque leur température corporelle augmente durant cette période. La perte d’une truie et de sa portée est évaluée entre 1500 $ et 2000 $.

Louis-Phillipe Roy est producteur de porcs à Saint-Michel-de-Bellechasse et président des Éleveurs de porcs des deux rivesLouis-Phillipe Roy, un producteur de porcs de Saint-Michel-de-Bellechasse, n'a pas perdu d'animaux cet été, mais il constate d'importantes pertes pour d'autres producteurs. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Autre conséquence des périodes de grande chaleur : les producteurs remarquent que la croissance des bêtes ralentit, puisqu’elles boivent beaucoup plus d’eau et consomment moins de nourriture.

« C’est une situation extrême. En tant que producteur, je n’avais pas vécu une période de canicule d’une telle intensité. C’est que même la nuit, il fait très chaud. Nos pertes ont des effets économiques, mais aussi sur le stress des producteurs », souligne René Roy.

Des producteurs envisagent de s'adresser à la Financière agricole pour obtenir un dédommagement.

Économie