•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Jusqu'à 200 % plus cher : Montréal se bat contre la hausse du prix des chantiers

    Des travaux dans le réseau routier montréalais Photo: Radio-Canada / Simon-Marc Charron
    Radio-Canada

    La Ville de Montréal fait face à une augmentation importante des coûts dans la construction en raison de la forte demande. Radio-Canada a appris que plusieurs appels d'offres ont dû être abandonnés et réévalués, comme celui des travaux de la rue Sainte-Catherine, dont l'unique soumission était 170 % plus chère que l'estimation de la Ville.

    Un texte de Thomas Gerbet

    C'est paradoxal, mais Montréal est victime de l'économie québécoise en effervescence. Les chantiers de construction tournent à plein régime (pont Champlain, échangeur Turcot, Réseau express métropolitain...), monopolisent beaucoup de ressources, et la Ville en paie les conséquences.

    « C'est une énorme frustration », confesse un donneur d'ouvrage dans un arrondissement. « C'est le principal problème de l'administration Plante actuellement », évoque même un proche de la mairesse.

    Si leurs témoignages sont confidentiels, c'est que tout le monde marche sur des oeufs à la Ville de Montréal. On craint qu'en rendant public le problème, cela contribue à faire augmenter encore plus les prix.

    « Les entrepreneurs sont hyper sollicités, ils ont des carnets de commandes très remplis, constate une source au fait de la situation à la Ville. Le contexte crée une pression sur les prix à la hausse. »

    Selon nos informations, dans certains cas, les soumissions sont jusqu'à 200 % plus chères que le budget prévu par la Ville, soit trois fois plus. À Montréal, une soumission est jugée anormale lorsqu'elle dépasse 20 % de l'estimation.

    Toutes les offres ne sont pas au-dessus de cette limite, certaines sont même encore en dessous des estimations de la Ville, mais la tendance générale est à la hausse.

    Les prix ont vraiment augmenté cette année. Tout est très cher dès qu'on fait un appel d'offres.

    Témoignage d'un donneur d'ouvrage dans un arrondissement montréalais

    Des projets sont-ils en péril? « Je ne pense pas, répond un élu du comité exécutif, mais notre budget est limité. »

    La Ville et les arrondissements croient qu'ils ne peuvent pas attendre dans l'espoir que les prix baissent. « Si on attend, ça a un impact sur d'autres travaux, explique l'une de nos sources. Si on retarde, ça a un impact sur les commerçants et les résidents. Ça peut aussi avoir des conséquences financières, si on doit respecter l'échéancier pour un financement du gouvernement du Québec. »

    Si tu retardes des chantiers, des fois, ça finit quand même par te coûter plus cher. Les infrastructures d'eau en sont le parfait exemple.

    Un élu du comité exécutif de la Ville de Montréal

    En mai, l'administration Plante a annoncé le report de six mois du début des travaux de réfection des infrastructures souterraines de la rue Sainte-Catherine. L'appel d'offres avait été annulé, car un seul soumissionnaire s'était manifesté et son prix était 170 % plus élevé que l'estimation de la Ville, selon ce que nous avons appris.

    Dans un document du comité exécutif rendu public vendredi, on peut lire une liste de plusieurs causes qui expliqueraient la différence de prix dans ce projet :

    • la saturation actuelle du marché de la construction municipale;
    • la pression médiatique associée à ce projet;
    • la complexité des travaux, combinée à une activité commerciale et à un volume de piétons intense;
    • les courts délais de réalisation des travaux imposés par la Ville afin de minimiser les impacts sur les commerçants, les riverains et les autres usagers des lieux.

    Des entrepreneurs trop gourmands?

    Un proche de Valérie Plante pense que les entrepreneurs poussent peut-être la note. « Ils savent que les gouvernements mettent de l'argent en masse dans les infrastructures. » Une source dans un arrondissement va dans le même sens : « Les entrepreneurs essaient de se payer la traite sur notre dos. »

    « On regarde ce qu'il se passe, mais on ne se laissera pas faire, indique un élu du comité exécutif. On ne va pas accepter bêtement des augmentations de prix, mais à l'inverse, on ne va pas non plus arrêter les chantiers qui sont requis. »

    Un entrepreneur blâme la Ville de Montréal

    Un entrepreneur qui a soumissionné plus tôt cette année, à un prix deux fois plus élevé que l'estimation municipale pour un contrat de voirie, estime que la conjoncture économique n'explique pas à elle seule la situation. Il a requis la confidentialité pour ne pas nuire à ses relations.

    « La Ville estime mal les coûts, croit-il. Oui, il y a la loi de l'offre et de la demande, mais c'est aussi complexe et ardu de travailler en ville. Ce n'est pas tout le temps un charme de faire affaire avec Montréal. »

    Il cite les paiements qui arrivent en retard, les exigences en matière de signalisation ou encore les nombreux intervenants avec qui il doit composer. « C'est beaucoup de gestion et, des fois, ça fait monter les prix. »

    La Ville teste une solution pour l'appel d'offres

    L'administration de Valérie Plante tente de trouver des solutions pour ne pas mettre en péril des projets.

    En ce qui concerne les travaux de la rue Sainte-Catherine, un nouvel appel d'offres sera publié aujourd'hui pour le chantier majeur de travaux d'infrastructures d'eau entre les rues Atwater et De Bleury.

    Le Service des infrastructures, des transports et de la voirie de la Ville de Montréal a identifié des idées pour obtenir un plus grand nombre de soumissions à de meilleurs prix. Parmi ces idées : l'autorisation spéciale de consortiums.

    Des gens marchent sur la rue Sainte-Catherine.Les trottoirs seront considérablement élargis sur la nouvelle rue Sainte-Catherine. Photo : Ville de Montréal

    Dans une décision du comité exécutif rendue publique vendredi, on peut lire que cela « pourrait permettre à de plus petites entreprises de soumissionner conjointement sur des projets de grande envergure, un marché qui leur est actuellement quasi inaccessible, notamment parce qu'elles ne possèdent pas la main-d'oeuvre ou la machinerie requises ou qu'elles n'ont pas la capacité financière pour soutenir d'importants cautionnements ».

    Le mode d'octroi sera lui aussi exceptionnel. Dans sa soumission, l'entrepreneur devra donner un prix pour l'ensemble du contrat ainsi qu'un délai (minimum et maximum).

    La Ville a par ailleurs décidé de permettre à l'entreprise qui remportera le contrat d'utiliser un site de transbordement pour les déblais. L'objectif est, entre autres, d'éviter à l'entrepreneur de devoir mobiliser un grand nombre de gros camions à proximité du chantier.

    Avec ces nouvelles dispositions, la Ville espère que plusieurs soumissionnaires se manifesteront et que la concurrence fera baisser les prix. L'administration Plante croise les doigts.

    Grand Montréal

    Politique municipale