•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des anarchistes revendiquent le sabotage d’un réseau de communication durant le G7

Le Manoir Richelieu, à La Malbaie.

Le Manoir Richelieu a été réquisitionné pour le G7, qui s'est tenu les 8 et 9 juin 2018, à La Malbaie.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des militants anarchistes revendiquent le sabotage d'un réseau de communication durant le sommet du G7 en juin dernier.

Une panne du réseau cellulaire de Bell a été causée par un incendie allumé dans un poteau de télécommunication près de la chute Montmorency, dans le secteur de Beauport, tôt le matin du samedi 9 juin.

Les pompiers ont déterminé que l'incendie est d’origine criminelle et ont transféré l'enquête à la police de Québec, qui confirme être toujours à la recherche des auteurs de ces actes.

Le geste est revendiqué par des activistes d'extrême gauche sur un site Internet Montréal contre Information, une plateforme utilisée par des militants anarchistes et altermondialistes qui revendiquent des gestes comme celui-ci.

Les communications ont été perturbées entre Québec et Baie-Saint-Paul durant toute la journée du 9 juin. Ce n'est qu'à 22 h, le soir même, que la situation est rentrée dans l'ordre. D’autres réseaux cellulaires ont également été perturbés par ce geste.

Dans les mois précédant le G7, le gouvernement fédéral a investi 15 M$ pour permettre à Bell d'améliorer sa couverture dans la région par l'ajout de 13 tours de télécommunication.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !