•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre anti-avortement rouvre ses portes à Fredericton

Un passant marche sur le trottoir devant les deux édifices.

Le centre anti-avortement récemment reconstruit se dresse juste à côté de la Clinique 554, rue Brunswick, à Fredericton.

Photo : CBC/Mike Heenan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le centre Right to Life (droit à la vie) rouvre ses portes à Fredericton, deux ans après un incendie qui avait ravagé son local. Le centre se situe juste à côté de la Clinique 554, la seule clinique privée d'avortement au Nouveau-Brunswick et qui s'inquiète pour ses patientes.

Le centre anti-avortement offre notamment des tests et des conseils sur la grossesse ainsi que des tests d’ultrasons gratuits.

Elizabeth Crouchman, présidente du conseil d'administration de Right to Life, a déclaré que le centre fonctionnait depuis déjà deux mois, mais à une capacité limitée pour l’instant.

Des échographies qui inquiètent la Clinique 554

Le personnel du centre Right to Life a maintenant un nouvel appareil pour faire des échographies qu’il commencera à utiliser dès que le centre sera complètement rouvert, dans les prochains mois. L'appareil est plus sophistiqué que l'ancien utilisé avant l'incendie de 2016.

Une image prise lors d'une échographieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La sélection des genres est une tendance qui persiste chez les familles immigrantes indiennes, selon une nouvelle étude de l'Université du Manitoba.

Photo : AFP / DIDIER PALLAGES

Le nouvel appareil inquiète la directrice de la Clinique 554, Valerie Edelman, quant à l’impact qu’il aura sur les femmes souhaitant obtenir des informations précises sur l’avortement.

Il est facile pour des femmes cherchant à se faire avorter de confondre le centre anti-avortement avec notre clinique, dit-elle.

Si elle est convaincue que le centre anti-avortement tente de tromper volontairement les femmes, c’est parce que les enseignes de l’immeuble l’identifient comme étant un centre de soins pour femmes et qu’aucun logo ou autre élément visuel ne permet de comprendre qu’il s’agit d’un centre pro-vie, dit-elle. C’était aussi le cas avant l'incendie de 2016.

Créer un sentiment de culpabilité

Toujours selon Valerie Edelman, les échographies pourraient être utilisées pour créer un sentiment de culpabilité chez les femmes qui souhaitent une interruption de grossesse. Elle assure que plusieurs femmes ont déjà quitté ce centre en larmes après avoir été intimidées et jugées.

Elizabeth Crouchman, du centre Right to Life, nie ces allégations. Selon elle, le centre a pour mission de protéger la vie à toutes ses étapes, et les échographies permettent d’aider les femmes à mieux comprendre leur situation.

« Nous disons aux femmes quelles sont leurs options. Nous savons que l’avortement est une de ces options et nous leur expliquons les risques qui y sont reliés. »

— Une citation de  Elizabeth Crouchman, du centre Right to Life

De fausses informations aux patientes

Le centre Right to Life a notamment dit à des patientes que l’avortement cause l’infertilité et le cancer, selon Valerie Edelman. Ces informations sont fausses, ajoute-t-elle.

Les personnes qui demandent des avortements ont besoin d'informations précises, elles ont besoin de compassion, elles ont besoin de soutien et elles ont besoin de leur droit légal de choisir l'avortement si elles en veulent un.

Il y a 160 centres semblables à celui de Right to Life au Canada, et 30 cliniques d'avortement privées semblables à la Clinique 554, selon Joyce Arthur, directrice exécutive de la Coalition pour le droit à l'avortement au Canada.

Sur ces 160 centres pro-vie, quelques-uns ont des appareils à ultrasons pour faire des échographies, ce qui, selon elle, peut servir à propager de fausses informations médicales.

Avec les informations de Hadeel Ibrahim de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !