•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une avocate veut qu'une juge se récuse pour avoir pleuré

Un maillet.

L’avocate Jacqueline Halliburn a déclaré lundi qu’il n’était « pas approprié pour une juge de devenir aussi émotive durant une déclaration de la victime ».

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une avocate de la défense fait valoir qu'une juge d'une cour provinciale de la Colombie-Britannique est incapable de rendre un verdict juste, car elle a pleuré durant la déclaration de la victime dans une affaire de contact sexuel avec une personne mineure.

Elle accuse la juge Monica McParland d’avoir « démontré une montagnede préjugés » et d’avoir toussé quand elle a proposé une peine discontinue de prison pour son client, Jeremy Melvin Carlson. L'homme de Kelowna est par ailleurs en processus de transition pour devenir une femme.

Selon le Kelowna Daily Courier, l’avocate Jacqueline Halliburn a déclaré lundi qu’il n’était « pas approprié pour une juge de devenir aussi émotive durant une déclaration de la victime ». Le journal ajoute que l’avocate de la Couronne, Angela Ross, a pour sa part avancé qu’il est attendu que les juges fassent preuve de compassion et d’humanité. D’après cette dernière, il ne s’agit pas d’une inconduite qui requiert une récusation.

La juge McParland doit décider si elle se récuse dans l’affaire et la transmet à un autre magistrat. Elle rendra sa décision avant la fin du mois d'août.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !