•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chicoutai, un plaisir rare à découvrir sur la Côte-Nord

Une crème molle aromatisée à la confiture de chicoutai

Crème molle aromatisée à la confiture de chicoutai

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La chicoutai est de plus en plus en demande sur la Côte-Nord. Les particularités de sa cueillette en compliquent cependant l'approvisionnement.

Le cofondateur et directeur adjoint de la coopérative du Grenier Boréal, Claude Lussier, sent un véritable engouement pour la chicoutai.

« Il y a de plus en plus de demande, c'est assez fulgurant même. »

Un cueilleur récolte la chicoutai.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un seul fruit pousse sur chaque plant de chicoutai.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

La nature omniprésente sur la Côte-Nord semble inspirer le public, adepte des produits du terroir, qui cadrent bien avec une alimentation à la fois santé, locale et biologique.

La commerçante Claudine Girard l'a bien compris, elle qui intégre à ses glaces plusieurs petits fruits de la région, au grand bonheur des touristes et connaisseurs.

Claudine Girard est propriétaire du bar laitier Chez Marina, à Longue-Pointe-de-Mingan
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Claudine Girard, propriétaire du bar laitier Chez Marina, à Longue-Pointe-de-Mingan

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

« Il y a plus de kiwis ici, des choses comme ça, les pêches, dans le fond on fait plus ces fruits-là. On fait vraiment les fruits de la région avec tous nos délices. »

— Une citation de  Claudine Girard, propriétaire, bar laitier Chez Marina

Le petit fruit encore méconnu il y a quelques années connaît aujourd'hui une hausse de popularité.

L'entrepreneur Bruno Duguay distribue lui-même ses produits à base de chicoutai dans plus de 20 commerces au Québec.

Bruno Duguay est propriétaire de la Maison de la Chicoutai, à Rivière-au-Tonnerre
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bruno Duguay, propriétaire de la Maison de la Chicoutai, à Rivière-au-Tonnerre

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

« Au début, quand j'ai commencé, ben les gens [me disaient] : "Ben c'est quoi? C'est tu la maison de la chicoutimi?" Ben non, c'est la maison de la chicoutai! »

— Une citation de  Bruno Duguay, propriétaire, Maison de la chicoutai

Pour Claude Lussier, la popularité de la chicoutai n'arrive pas sans problème : la demande croissante pourrait bousculer une tradition bien implantée dans la région.

« Il faut trouver des cueilleurs et comme on est une coop puis qu'on essaye de travailler avec les gens du coin, on ne veut pas que nos cueilleurs aillent dans les talles où les personnes âgées ou les gens du coin vont déjà récolter leurs chicoutais. »

Claude Lussier est l'un des fondateurs de la coopérative du Grenier boréal, à Longue-Pointe-de-Mingan
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Claude Lussier est co-fondateur de la coopérative du Grenier boréal, à Longue-Pointe-de-Mingan.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

« C'est un défi. Il faut toujours aller un peu plus loin découvrir des nouveaux territoires, ce qui augmente un petit peu la difficulté au niveau de la récolte. »

— Une citation de  Claude Lussier, cofondateur et directeur adjoint, Grenier Boréal

Avec l'engouement croissant pour les produits du terroir, les artisans nordcôtiers cherchent un nouvel équilibre entre la préservation de la ressource et le partage des joyaux de leur région.

D'après le reportage de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !