•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il sera possible de détecter les conducteurs affaiblis par la drogue, selon la SGI

Un conducteur consommant du cannabis au volant

En cas de condamnation, les sanctions imposées par les tribunaux peuvent inclure des amendes, des peines d'emprisonnement et des restrictions de conduite à long terme.

Photo : Radio-Canada / Pascal Coudé

Radio-Canada

La Société d'assurances de la Saskatchewan (SGI) assure être prête pour la légalisation prochaine du cannabis au Canada. À partir d'une série de tests, elle pourra détecter les automobilistes qui conduisent avec des facultés affaiblies par la drogue, notamment le cannabis.

La SGI affirme qu'un agent de police, qui a des motifs raisonnables de croire qu'un conducteur a ses facultés affaiblies par la drogue, peut lui demander de se soumettre aux tests auprès d'un évaluateur en reconnaissance de drogues.

Des comportements routiers inhabituels tels que le fait de suivre de trop près un véhicule ou d'effectuer des virages dangereux sont des signaux qui peuvent sonner l'alarme, selon l'organisme qui affirme que le fait de fumer de la marijuana influence le jugement, le temps de réaction, la coordination motrice et la capacité de prendre des décisions.

L'organisme affirme également que la substance peut causer de la paranoïa, de la somnolence, une perception déformée et un sentiment de désorientation qui pourrait causer une perte de contrôle au volant.

Des évaluateurs formés

« Les évaluateurs en reconnaissance de drogues suivent une formation poussée et utilisent une procédure rigoureuse et scientifique en douze étapes pour effectuer l'évaluation », a déclaré le coordonnateur provincial du programme d'évaluation de reconnaissance des drogues (DRE), Brian Ferguson.

L'évaluation doit montrer une déficience, des signes et des symptômes compatibles avec une ou plusieurs catégories de drogues, et les conclusions de l'évaluateur doivent être soutenues par la toxicologie.

Brian Ferguson, coordonnateur provincial du programme d'évaluation de reconnaissance des drogues (DRE)

Selon lui, de plus en plus de policiers de la Saskatchewan sont formés pour reconnaître les signes de déficience liés aux drogues.

Il y a présentement 74 agents de police certifiés DRE dans la province, et de 20 à 40 nouveaux agents sont formés chaque année, selon M. Ferguson.

L'organisme affirme que les conducteurs, reconnus coupables, font face à des suspensions immédiates de permis et à des saisies de véhicules en bordure de route.

En cas de condamnation, d'autres sanctions imposées par les tribunaux peuvent inclure des amendes, des peines d'emprisonnement et des restrictions de conduite à long terme.

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants