•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'absence de taxe sur la succession crée plus d'inégalité des richesses, dit un groupe

De dollars et des plantes sont mis dans des pots. Les plantes se trouvant dans les contenants ayant le plus d'argent ont le plus mûri.
Parmi les Canadiens les mieux nantis au pays, certains ont un emploi très bien rémunéré, mais d'autres ont aussi hérité d'une importante fortune. Photo: iStock
Radio-Canada

Le fossé entre les riches et les moins nantis se creuse au Canada et cela est en grande partie dû à l'absence de taxe fédérale sur la succession, selon une étude du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA).

Contrairement aux nombreux rapports qui comparent le revenu annuel entre les riches et les pauvres, l'économiste du CCPA David Macdonald s'est intéressé à la richesse des mieux nantis au Canada et celle du reste de la population.

Les 87 familles canadiennes les plus prospères détenaient ensemble 259 milliards de dollars à la fin de l'année dernière, soit près de 3 milliards de dollars chacune, précise David Macdonald. D'après les données de Statistique Canada, ce montant a augmenté de 850 millions de dollars entre 2012 et 2016, ce qui représente une croissance de 37 %.

Un homme qui semble chauve nous regarde droit dans les yeux en souriant. Il porte des lunettes et est vêtu d'un veston, d'une blouse et d'une cravate.L'économiste du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) David Macdonald Photo : Centre canadien de politiques alternatives

En tout, ce montant représente environ « la richesse collective des populations au Nouveau-Brunswick, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador », soutient M. Macdonald.

Ce groupe de Canadiens fortunés est composé non seulement de personnes ayant un emploi très bien rémunéré, mais aussi de personnes ayant hérité d'une importante fortune.

Un peu moins de la moitié des riches Canadiens ont bâti leur fortune en créant, par exemple, une compagnie qui vaut aujourd'hui des centaines de millions. Les autres ont hérité d'une grande partie de leur patrimoine avant qu'ils arrivent, à leur tour, à contribuer à la croissance de l'économie.

La richesse d'une famille ne s'accumule pas durant une vie, mais bien durant des générations à travers la succession, ce qui accroît davantage les écarts salariaux qu'il pouvait y avoir chaque année.

David Macdonald, économiste au CCPA

Taxer les gros héritages

Le CCPA, un groupe de réflexion de gauche, estime que la solution pour réduire l'écart entre les riches et les moins nantis est la mise en place d'une taxe sur la succession, soit des frais que l'héritier devrait payer à l'État une seule fois, lorsqu'il recevrait le legs.

Bien que des frais d'homologation et des impôts sur les gains de capital peuvent être prélevés lorsqu'une personne hérite d'un bien immobilier ou autre investissement, aucune taxe de succession officielle n'existe au Canada, tant au niveau fédéral qu'au provincial.

Cette taxe toucherait uniquement les plus riches et les actifs qui n'influencent pas, pour la plupart, l'économie globale, précise M. Macdonald.

Selon les calculs de l'économiste David Macdonald, si le Canada imposait une taxe de 45 % sur les successions de 5 millions de dollars et plus, environ 2 milliards supplémentaires finiraient dans ses coffres chaque année.

Moins de taxes, plus d'investissements

La solution du CCPA ne fait toutefois pas l'unanimité. Le professeur en économie à l'Université Harvard Greg Mankiw affirme qu'avoir une faible taxe de succession, ou même aucune, est la meilleure façon d'encourager l'investissement, ce qui, en retour, stimule l'économie et augmente les salaires. Ainsi, le gouvernement verrait ses revenus croître à long terme.

« C'est un principe de base : lorsque l'on taxe une activité économique, elle est moins rentable, a-t-il écrit dans l'une de ses nombreuses publications sur le sujet. Si nous cessions d'imposer les propriétés foncières, l'immobilier deviendrait plus attrayant, ce qui serait bon pour tout le monde économiquement ».

Afin de réduire l'inégalité des richesses, M. Mankiw propose plutôt d'instaurer des taxes de consommation, où toute personne paie des frais lorsqu'elle achète quelque chose.

Une taxe existante dans plusieurs pays

Le Canada est le seul pays du G7 et parmi les 15 pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à ne pas percevoir de taxe fédérale sur les successions.

Certains pays, comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Japon et la Corée du Sud, prélèvent 40 % et plus des successions importantes.

D'après les informations de Pete Evans

Avec les informations de CBC

Finances personnelles

Économie