•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une orque refuse d'abandonner le corps de son bébé

Une orque qui transporte la carcasse de son petit sur son nez.
La mère J-35 a été aperçue en train de pousser la le corps mort de son petit durant au moins sept jours. Photo: Ken Balcomb/Centre for Whale Research
Radio-Canada

Une orque montre ce qui s'apparente à un sentiment de deuil en transportant le corps mort de son petit à la surface de l'eau au large de la Colombie-Britannique, selon une spécialiste des émotions chez les animaux.

Barbara King, une professeure émérite en anthropologie du College of William and Mary, en Virginie, pense qu’il n’est pas exagéré de dire que l’animal vit des émotions profondes face à la mort de son petit, un peu comme un humain les aurait vécues.

« Il ne s’agit pas d'anthropomorphisme lorsqu'on utilise cette étiquette pour eux », a expliqué la professeure en entrevue à CBC.

Le deuil et l’amour ne sont pas des qualités humaines. Ce sont des choses que nous partageons avec certains autres animaux.

Barbara King professeure émérite en anthropologie

La mère J-35 a été aperçue en train de pousser le corps de son petit avec son nez durant au moins sept jours. Selon des chercheurs, le bébé n’aurait vécu que quelques heures après sa naissance.

Selon Barbara King, il existe des preuves selon lesquelles les baleines et les dauphins marquent la mort des leurs. Parfois, ils les entourent en montrant des signes de curiosité ou d’exploration. Dans d’autres cas, ils vont plus loin en gardant leurs corps à la surface, comme J-35 le fait.

« Si on observe ces animaux, on voit qu'ils montrent leur détresse, dit-elle. Ils agissent différemment de manière persistante. »

Mme King craint maintenant que l’orque adulte ne s’épuise et ne mette sa vie en péril si elle continue de la sorte. Elle espère aussi que les images qui circulent à son propos agiront comme un signal d’alarme pour sauver cette espèce, qui est en danger dans la mer des Salish. Il ne reste que 75 orques et aucun nouveau-né n’a survécu au cours des trois dernières années.

D'après les informations de Liam Britten, CBC

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux